Le Québec reçoit toujours des enfants de Tchernobyl

Un graffiti près d'une ville fantôme abandonnée depuis... (PHOTO SERGEI SUPINSKY, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un graffiti près d'une ville fantôme abandonnée depuis la catastrophe de Tchernobyl.

PHOTO SERGEI SUPINSKY, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

Des familles québécoises accueilleront de nouveau une dizaine d'enfants de la région de Tchernobyl pour une durée de sept semaines, cet été.

L'expérience, parrainée par l'organisme Séjour Santé Enfants Tchernobyl, se poursuit depuis une quinzaine d'années au Québec et demeure utile, même si la catastrophe nucléaire qui frappé l'Ukraine s'est produite il y a 30 ans cette année.

L'initiative de l'organisme permet de réduire temporairement le taux de radiation de ces enfants qui sont toujours exposés aux retombées radioactives de la catastrophe nucléaire.

Les analyses de taux de radiation ont démontré que ceux-ci peuvent être réduits de moitié par le simple séjour de quelques semaines dans des endroits non contaminés.

Bien qu'ils retournent chez eux et sont à nouveau exposés, la baisse temporaire aurait un effet salutaire pour prolonger l'espérance de vie.

Le coût de leur séjour est entièrement assumé par les familles d'accueil, soit une somme qui se situe entre 1600 $ et 1900 $, selon la vice-présidente de l'organisme, Cathy Quinaux. C'est une des raisons qui expliquent le faible nombre de séjours au Québec, le recrutement de familles n'étant pas toujours aisé.

Plusieurs professionnels de la santé - médecins, dentistes et autres - offrent bénévolement des examens aux enfants durant leur séjour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer