Cueillette de champignons: appel à la prudence

Le genre Amanita regroupe plus de 600 espèces,... (PHOTO PC)

Agrandir

Le genre Amanita regroupe plus de 600 espèces, qui sont la cause de la majorité des décès par empoisonnement aux champignons.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
Toronto

Alors qu'une femme de Toronto qui a ingéré un champignon hautement toxique a dû subir une greffe de foie pour ne pas mourir empoisonnée, les médecins avertissent les cueilleurs de champignons de bien s'informer avant de manger leurs trouvailles.

Dans une étude de cas publiée lundi dans la revue de l'Association médicale canadienne, des médecins rapportent qu'une femme de 52 ans d'origine asiatique s'est rendue aux urgences d'un hôpital de Toronto, l'été dernier, avec de fortes douleurs abdominales, des nausées et des vomissements.

La dame avait mangé une variété de champignons sauvages qu'elle avait cueillis dans un parc des environs avec son mari, qui avait de l'expérience en cueillette dans son pays d'origine.

La patiente avait apporté un champignon avec elle, car elle soupçonnait qu'il avait pu être la cause de ses malaises.

Des analyses ont révélé qu'il s'agissait d'une variété toxique connue sous le nom d'Amanita bisporigera.

Le genre Amanita regroupe plus de 600 espèces, qui sont la cause de la majorité des décès par empoisonnement aux champignons.

«Distinguer les champignons comestibles de ceux qui sont nocifs est un défi même pour les mycologues», a écrit Dr Adina S. Weinerman, la coauteure de l'article, en faisant référence aux spécialistes des champignons. La spécialiste en médecine interne au Sunnybrook Health Sciences Centre de Toronto a aidé à traiter la patiente dont le cas est présenté dans le magazine.

Les gens empoisonnés par des champignons toxiques traversent plusieurs phases. Entre six et 24 heures après l'ingestion, les patients développent des douleurs intestinales, des nausées, des vomissements et une diarrhée.

Ces symptômes sont typiquement suivis d'une phase de «faux rétablissement», au cours de laquelle l'état des patients semble s'améliorer. Cette phase peut mener à un congé prématuré de l'hôpital, selon les auteurs de l'article.

Au cours de la phase finale, qui survient environ 48 heures après l'ingestion des végétaux nocifs, le foie des patients commence à défaillir; cette insuffisance hépatique peut causer la mort.

Il n'existe pas d'antidote pour l'empoisonnement aux champignons. Du charbon peut être utilisé pour absorber la toxine, mais le traitement doit être administré rapidement après l'ingestion.

«Les patients doivent être informés que les champignons empoisonnés et comestibles peuvent être d'apparence très semblable et que des champignons sauvages dont l'identification est incertaine ne devraient pas être consommés», écrivent les auteurs de l'article dans la revue de l'Association médicale canadienne.

«Cette information est particulièrement importante pour les immigrants, qui pourraient confondre des champignons toxiques locaux avec des variétés comestibles de leur pays natal.»

L'amatrice de champignons de Toronto a finalement subi d'urgence une transplantation de foie provenant d'un donneur décédé. Elle a obtenu son congé de l'hôpital 10 jours après son opération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer