Un Québec indépendant devrait renégocier un accord avec l'Europe, dit Johnson

Un Québec indépendant n'adhérerait pas automatiquement à l'Accord économique et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un Québec indépendant n'adhérerait pas automatiquement à l'Accord économique et commercial global (AECG) Canada - Union européenne. C'est ce que croit le négociateur du Québec, l'ex-premier ministre péquiste Pierre Marc Johnson.

L'ex-premier ministre Pierre Marc Johnson... (Photo: Jacques Boissinot, Archives PC) - image 1.0

Agrandir

L'ex-premier ministre Pierre Marc Johnson

Photo: Jacques Boissinot, Archives PC

«Ce n'est pas automatique. (...) C'est ce qu'on appelle les règles d'accession dans les traités internationaux. Tout cela dépend de la volonté politique des partenaires», a déclaré M. Johnson en marge d'une allocution de Jean Charest sur cet accord devant la Convention d'affaires Canada - France. 

La rencontre se déroulait par hasard à l'hôtel où logent les journalistes qui suivent la campagne libérale. Ils ont assisté à la conférence. M. Charest devait parler aux médias à 14h, mais il a finalement annulé son point de presse.

M. Johnson rappelle qu'un problème similaire se pose actuellement avec l'Écosse, qui organisera un référendum sur son indépendance l'automne prochain. Jose Manuel Barosso, le président de la commission européenne, a déclaré publiquement il y a quelques semaines que l'adhésion à l'UE d'une l'Écosse indépendante «ne serait pas automatique», a-t-il dit. 

Faudrait-il recommencer les discussions à zéro? «C'est difficile de spéculer, a répondu M. Johnson. Fondamentalement, ça présuppose une intervention des acteurs politiques.»

«J'ai compris qu'essentiellement, ça dépendrait de ce que choisissent de faire les Européens, a-t-il poursuivi. On ne peut pas adhérer à un traité qui implique l'Europe sans qu'ils soient d'accord. C'est à eux de porter leur jugement, qui peut être basé sur de nombreux facteurs.» 

L'UE aurait-elle intérêt à conclure une entente avec un marché de 8 millions d'habitants comme le Québec? «La question qui a déjà été posée, c'était : est-ce que l'Europe aurait négocié avec un territoire de moins de 35 millions d'habitants? Il est raisonnable de se dire que l'Europe trouvait déjà difficile de négocier avec le Canada, parce qu'on est une population de 35 millions. Cela dit, un accord comme celui-là donne un cadre assez bien défini, assez clair, où les intérêts ont été identifiés.» 

L'AECG est une initiative de Jean Charest. Le gouvernement péquiste l'appuie.

Une entente a été conclue en octobre dernier. Elle doit maintenant être ratifiée par les provinces canadiennes et les pays membres de l'UE. Le processus devrait prendre moins de deux ans.

>>>> À lire : Libre-échange Canada-UE: accord historique et ambitieux

Pauline Marois s'est engagée à signer l'entente, à condition qu'Ottawa indemnise les fromagers québécois.

C'est important pour l'économie québécoise, qui dépend à 45% des exportations. À l'heure actuelle, 12% des exportations vont en Europe. La majorité va aux États-Unis. L'importance de ce marché diminue toutefois. Les exportations québécoises destinées au sud de la frontière ont chuté de 63 à 43 milliards de dollars depuis 2000. Les exportations canadiennes aux États-Unis sont aussi à leur plus faible niveau depuis la signature de l'ALÉNA en 1988. D'où l'importance du marché européen et de ses 500 millions de consommateurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer