Scandale du CUSM : une arrestation, quatre personnes recherchées

Pierre Duhaime et Arthur Porter... (Photomontage lapresse.ca)

Agrandir

Pierre Duhaime et Arthur Porter

Photomontage lapresse.ca

Partager

Sur le même thème

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) vient d'arrêter un ancien dirigeant du CUSM et a lancé des mandats d'arrêt contre quatre complices présumés accusés de corruption dans le scandale de l'hôpital anglophone.

Les personnes visées sont Arthur Porter, exilé aux Bahamas, son ex-bras droit Yanaï Elbaz, Jeremy Morris, de la firme Sierra Asset Management, Riadh Ben Aïsa, ex-dirigeant de SNC-Lavalin en Afrique du Nord actuellement détenu en Suisse, et l'ancien PDG de SNC-Lavalin Pierre Duhaime.

En après-midi, Yanai Elbaz se trouvait au quartier général de la Sûreté du Québec, où les enquêteurs de l'Escouade Marteau (le bras armé de l'UPAC), l'ont placé en état d'arrestation avant de l'interroger.

Les 5 suspects sont visés par 24 chefs d'accusation, en particulier de fraude, de fraude envers le gouvernement, d'abus de confiance, de commissions secrètes et de recyclage des produits de la criminalité.

Duhaime et Ben Aissa seront traduits en justice pour avoir corrompu des fonctionnaires, c'est-à-dire Porter et Elbaz, en leur offrant une importante somme d'argent afin que SNC-Lavalin puisse remporter le contrat de construction et de gestion en PPP du futur hôpital. Rappelons que La Presse a révélé l'automne dernier que la firme de génie-conseil avait découvert dans ses finances des paiements douteux de 22,5 millions liés à ce projet.

Quant à Porter et Elbaz, ils sont accusés d'avoir accepté «par corruption» des avantages de SNC-Lavalin pour que la firme se voie octroyer le juteux contrat de 1,3 milliard. La police a déterminé que plusieurs victimes ont été flouées par ce trucage du processus, soit le gouvernement du Québec, le centre hospitalier lui-même, les soumissionnaires perdants du projet, un consortium formé des géants OHL, Dalkia et Aecon avec Genivar et le groupe d'architectes Arcop.

Morris, lui, serait un collaborateur du groupe, basé aux Bahamas, et aurait aidé au versement de pots-de-vin.

L'UPAC précise que, dans le cas de Pierre Duhaime et de Riadh Ben Aïssa, «il s'agit de nouvelles accusations criminelles qui ont été autorisées par le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation».

Hormis Elbaz, seul Pierre Duhaime se trouverait au Québec, car son passeport lui a été confisqué à la suite de son arrestation, en novembre dernier. Arthur Porter habite maintenant aux Bahamas, où il a accordé plusieurs entrevues dans lesquelles il a dit souffrir d'un cancer. Il gère par ailleurs une clinique privée et une boîte de nuit à Nassau, capitale du petit paradis fiscal.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer