Les demandeurs d'asile «peuvent revenir en Haïti»

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a reçu... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a reçu à l'hôtel de ville le ministre des Affaires étrangères d'Haïti, Antonio Rodrigue, et la ministre des Haïtiens vivant à l'étranger, Stéphanie Auguste.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Haïti recevra quiconque a l'intention d'y retourner, ont assuré deux ministres haïtiens de passage à Montréal, mardi, tout en admettant qu'il serait difficile d'accueillir tous les ressortissants qui ont franchi la frontière canadienne au cours des dernières semaines. Le ministre des Affaires étrangères d'Haïti et la ministre des Haïtiens vivant à l'étranger ont rappelé que leur pays était «encore en train de se remettre sur pied».

«Nous voulions voir ce qui se passe vraiment dans la réalité, nous sommes en mission en signe de solidarité», a affirmé la ministre des Haïtiens à l'étranger, Stéphanie Auguste.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est joint aux représentants haïtiens pour faire le point sur ce flux exceptionnel de réfugiés. Il en a profité pour rappeler que Montréal était une «ville refuge».

«Quand des personnes sont vulnérables, il ne faut pas marcher dessus, il faut les aider», a indiqué M. Coderre en créole, en référence à un proverbe haïtien.

Ces ressortissants, pour la plupart provenant des États-Unis, préfèrent tenter leur chance au Canada plutôt que de retourner dans leur pays d'origine. Or, le ministre des Affaires étrangères a assuré qu'ils seraient pris en charge en Haïti.

«Ils sont Haïtiens, bien sûr qu'ils peuvent revenir en Haïti», a déclaré Antonio Rodrigue, avant d'admettre qu'il serait difficile pour le pays caribéen de gérer la venue des ressortissants de cette vague soudaine. 

«On doit encore se remettre sur la bonne voie après le séisme de 2010».

Haïti veut collaborer avec Ottawa

Le ministre Rodrigue a assuré que le gouvernement haïtien apporterait son aide aux personnes sans papiers. Il a ajouté que «dans une situation d'urgence, on travaille ensemble pour assurer les besoins» et que c'est dans cet esprit de collaboration que lui et sa collègue avaient été dépêchés au Canada par leur gouvernement.

M. Rodrigue a d'ailleurs tenu à rappeler que ce flot migratoire n'est pas uniquement composé d'Haïtiens, mais que ces derniers sont vraisemblablement attirés par le Québec, entre autres parce qu'on y parle français.

Lundi encore, de nombreux ressortissants haïtiens faisaient la... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Lundi encore, de nombreux ressortissants haïtiens faisaient la file à la frontière canado-américaine pour demander l'asile au Canada.

REUTERS

«Ce n'est pas juste à cause de Trump»

À Montréal, plus de 2700 arrivants haïtiens se sont présentés pour obtenir l'asile depuis le début de cette vague soudaine, en juillet. Le gouvernement américain a été montré du doigt comme étant responsable de ce mouvement de masse.

Le président américain menace de retirer aux Haïtiens la protection temporaire qui leur avait été offerte après le tremblement de terre de 2010. Les représentants haïtiens ne veulent cependant pas imputer le problème à Donald Trump et à ses politiques.

«Je ne pense pas que ce soit le seul facteur qui a poussé les gens à traverser la frontière, chacun a ses raisons propres», croit Antonio Rodrigue. Il a rappelé que le statut de protection temporaire des immigrés aux États-Unis a tout récemment été prolongé de six mois.

Mme Auguste et M. Rodrigue rencontreront cette semaine leurs homologues québécois et canadiens, ainsi que d'autres élus fédéraux. Les prochains arrêts de cette mission visent à «apporter du soutien moral et à trouver des solutions pour sortir de cette situation».

Le PQ réclame des permis de travail

En raison des délais qui s'allongent avant que les demandeurs d'asile obtiennent une réponse à leur requête pour demeurer au Canada, le Parti québécois (PQ) estime qu'ils devraient pouvoir obtenir des permis de travail temporaires pour être en mesure gagner leur vie pendant la période d'attente, plutôt que de vivre aux crochets de l'État.

«Si le Québec est capable de délivrer des chèques de dernier recours rapidement, pourquoi le gouvernement fédéral ne pourrait pas émettre aussi rapidement des permis de travail à durée limitée?», a demandé en conférence de presse la députée Carole Poirier, porte-parole de l'opposition en matière d'immigration.

«Il faut faire en sorte que ces personnes-là, dans la dignité, puissent se chercher un travail, se chercher un logement, et compléter leurs procédures avec Immigration Canada en vue d'avoir une acceptation, si acceptation il y a, de leur statut de réfugié», a fait valoir Mme Poirier, qui représente la circonscription d'Hochelaga-Maisonneuve, où se trouve le Stade olympique, qui accueille 850 demandeurs d'asile.

***

CE QUE PRÉVOIT LA LOI

La loi prévoit que les demandeurs d'asile obtiennent une audience dans un délai de 60 jours devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié (CISR) pour savoir s'ils pourront rester au pays. Mais en raison de la vague de nouveaux arrivants, l'attente est plutôt de neuf mois en moyenne, puisque la CISR n'arrive pas à répondre à la demande.

La délivrance de permis de travail relève d'Ottawa. C'est seulement après une réponse positive à leur demande que les réfugiés peuvent chercher un emploi. L'accélération du processus est «quelque chose qu'on va étudier, après des pourparlers avec Québec», a indiqué mardi le député libéral fédéral Marc Miller, qui représente la circonscription de Ville-Marie - Le-Sud-Ouest - Île-des-Soeurs.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer