Exclusif

Pont-tunnel La Fontaine: 1 milliard et quatre ans de congestion infernale

Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est au deuxième rang... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est au deuxième rang des traverses les plus utilisées entre la Rive-Sud et Montréal, après le pont Champlain. Sur la photo : l'A20 Ouest à Boucherville, en direction du pont-tunnel.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports du Québec (MTMDET) prévoit d'élargir l'autoroute 20 Ouest entre la rivière Richelieu et la route 132, sur la Rive-Sud de Montréal, afin de créer un « service de transport collectif performant » qui réduira l'importante congestion routière découlant des travaux de réfection majeure du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine à partir de 2019.

La réfection du tunnel, inauguré il y a 50 ans, sera le prochain chantier de grande envergure sur le réseau autoroutier métropolitain, après ceux du pont Champlain et de l'échangeur Turcot. Selon les informations obtenues par La Presse, les travaux vont débuter après la mise en service complète du corridor du pont Champlain, à la fin de 2019, et vont durer au moins quatre ans.

Le coût de ces travaux est estimé à 1 milliard.

Le projet prévoit une remise en état complète de l'intérieur du tunnel, dans les deux directions. Cela inclut l'éclairage, la réfection du plafond, la pose d'un nouveau revêtement sur les murs, la modernisation des équipements électriques et mécaniques de la structure et, surtout, la reconstruction complète de la chaussée de béton.

Celle-ci ne se limitera d'ailleurs pas à l'intérieur du pont-tunnel, mais s'étendra sur plusieurs kilomètres de l'autoroute 25, à partir de l'île Charron, sur la Rive-Sud de Montréal, jusqu'à la hauteur de la rue Sherbrooke, à Montréal.

Selon les documents consultés, « l'envergure de ces travaux générera d'importants effets sur le réseau routier à l'échelle de la Rive-Sud, de Montréal, et sur la plupart des axes utilisés pour les déplacements inter-rives ». Le chantier aura des impacts sur « le réseau de métro, la ligne de trains de banlieue Mont-Saint-Hilaire ainsi que les ponts Jacques-Cartier, Victoria et Champlain ».

Au-delà de ces débordements, c'est l'accès au tunnel lui-même qui risque de devenir très problématique, et ce, dès le début des grands travaux.

CONGESTION FRÉQUENTE HORS DES HEURES DE POINTE

Le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est au deuxième rang des traverses les plus utilisées entre la Rive-Sud et Montréal, après le pont Champlain.

C'est aussi l'axe autoroutier le plus utilisé par les camions pour accéder au réseau autoroutier de l'ouest de la province, et ce, pendant toute la journée.

Environ 120 000 véhicules par jour empruntent le tunnel, dans les deux directions, dont plus de 15 000 camions.

Depuis plusieurs années, la congestion aux approches du tunnel n'est plus limitée aux heures de pointe ni aux véhicules roulant dans le sens de la pointe. Mardi, par exemple, des files d'attente de plusieurs kilomètres ont perduré sur l'autoroute 25 pendant presque toute la journée, dans les deux directions.

Il était aussi difficile de rentrer à Montréal que d'en sortir en passant par le tunnel. Et c'est comme cela de plus en plus fréquemment, même les fins de semaine.

Dans son dernier palmarès des tronçons routiers les plus congestionnés au Canada, l'Association canadienne des automobilistes (CAA) a d'ailleurs classé l'autoroute 25 Sud, du côté de Montréal, au 8e rang des tronçons autoroutiers les plus engorgés au pays.

UN CORRIDOR D'AUTOBUS

Dans ce contexte, il est difficile de concevoir jusqu'à quel point un chantier de quatre ans risque de perturber la mobilité entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

Selon un porte-parole du MTMDET, Martin Girard, le chantier devrait créer des entraves importantes entre la Rive-Sud et Montréal pendant seulement deux des quatre années de travaux.

Pour réduire la congestion, la solution mise de l'avant par le MTMDET passe par la création d'un corridor d'autobus d'environ 30 kilomètres de long de l'axe des autoroutes 20 et 25, qui offrira « une alternative efficace à l'utilisation de l'automobile individuelle pour certains des usagers actuels du tunnel ».

Le projet est sommairement décrit dans un appel d'offres publié la semaine dernière sur le site SEAO par le Réseau de transport métropolitain (RTM), qui exploite les trains et les services d'autobus dans les couronnes nord et sud de la banlieue.

Le Ministère prévoit ainsi élargir l'autoroute 20 Ouest d'une voie temporaire qui sera réservée aux autobus entre la rivière Richelieu et la route 132, en direction de Montréal. En plus de ce corridor de bus, le projet prévoit l'agrandissement des stationnements incitatifs de Beloeil et du boulevard de Mortagne, à Boucherville. Des centaines d'autres places additionnelles seront ajoutées avec la construction d'un nouveau stationnement au croisement de l'autoroute 20 et du boulevard de Montarville, à Boucherville.

Du côté de Montréal, le terminus d'autobus Radisson, voisin de la station de métro du même nom, sera aussi agrandi pour accueillir des dizaines de trajets de bus en provenance de la Rive-Sud.

L'appel d'offres lancé par le RTM vise à trouver une firme spécialisée pour planifier l'aménagement des stationnements en bordure de l'autoroute 20, et pour concevoir les voies d'accès entre ces stationnements et le corridor réservé aux autobus le long de l'A20 (et vice-versa). La conception de la voie réservée aux autobus sur l'autoroute 20 relèvera toutefois de l'autorité exclusive du Ministère.

Le document d'appel d'offres prévoit aussi l'implantation de mesures préférentielles pour bus sur les boulevards de Montarville et de Mortagne, à Boucherville. La mise en place de ces mesures permettrait aux autobus roulant vers le tunnel, sur la route 132, d'aller rejoindre le corridor réservé en bordure de l'autoroute 20, à la hauteur du stationnement de Mortagne.

En chiffres

50
ans
Âge du pont-tunnel Louis-Hippolyte La Fontaine
120 000
Le nombre de véhicules qui emprunte le pont-tunnel chaque jour, dont plus de 15 000 camions
30
km
Longueur du corridor d'autobus qui sera aménagé afin de réduire les impacts des travaux sur la circulation.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer