Crise au SPVM: une dénonciation sans suite

Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione ont envoyé... (SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione ont envoyé une lettre au directeur du SPVM et au ministère de la Sécurité publique, en 2014, pour dénoncer les mêmes irrégularités qu'ils ont dévoilées à J.E.

SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Les ex-policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione, qui ont allégué certains faits troublants concernant le corps de police à l'émission J.E. la semaine dernière, ont avisé le ministère de la Sécurité publique de leurs allégations il y a trois ans.

Dans une lettre de six pages envoyée à l'ancien directeur du SPVM Marc Parent le 20 février 2014 et que La Presse a obtenue, Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione énumèrent une série d'allégations qui concernent surtout l'ex-enquêteur vedette Philippe Paul. Ils accusent un directeur adjoint du SPVM, Bernard Lamothe, de l'avoir protégé.

La lettre a été envoyée en copie conforme à Martin Prud'homme, qui était alors sous-ministre au ministère de la Sécurité publique du Québec, et au commissaire adjoint de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et patron de la division C, François Deschênes.

Confirmation de réception

Martin Prud'homme est aujourd'hui directeur de la Sûreté du Québec, qui doit maintenant piloter l'importante enquête qui débute sur les allégations des deux policiers et d'autres informations qui ont été recueillies depuis.

Selon nos informations, après avoir reçu la lettre, le ministère de la Sécurité publique aurait communiqué avec le SPVM pour lui confirmer la réception. On nous dit également que la missive de six pages serait déjà dans les cartons des enquêteurs de la SQ, de la GRC et des autres corps de police municipaux qui participent à l'enquête, mais qu'elle n'aurait pas d'impact significatif.

«Cette lettre fera partie des choses que les enquêteurs auront à refaire. Dans toute cette affaire, il y a des chicanes, des faits qui sont vrais, d'autres qui sont faux.» - Une source de La Presse

«Il va falloir débroussailler tout ça, mais une chose est sûre, les enquêteurs iront jusqu'au bout, ils n'ont pas le choix», a ajouté cette personne proche du dossier.

Tout y passe

Dans leur lettre, les anciens policiers Di Feo et Cacchione abordent notamment le dossier de Mario Lambert, ex-enquêteur des Crimes majeurs du SPVM reconnu coupable puis acquitté d'une accusation d'avoir frauduleusement utilisé un ordinateur du service.

Ils rappellent également la découverte d'un camion bourré d'armes et d'explosifs abandonné au centre-ville de Montréal le 24 août 2004 et pour lequel Philippe Paul et un autre enquêteur du SPVM, Pietro Poletti, un proche de Di Feo et de Cacchione, se seraient livré un bras de fer.

Les deux anciens policiers dénoncent certaines méthodes de travail, notamment sur le plan du recrutement des informateurs, et la disparition présumée d'armes, de drogue et d'argent saisis durant des frappes.

Ils font état de présumés faux rapports, qui auraient mené à des enquêtes internes, et de rapports de dénonciation qui seraient restés lettre morte. Leur longue énumération semble vouloir confirmer une rivalité évidente entre deux groupes d'enquêteurs.

«Certains officiers de direction ont muselé des témoins importants afin de protéger un enquêteur et son protecteur.» - Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione

«Aucune académie de police ne nous prépare à faire face à cette triste et dure réalité ; la police qui enquête sur la police des polices qui enquête à son tour sur la police», écrivent les ex-policiers.

Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione affirment qu'ils ont informé «une personne de confiance à la Sûreté du Québec» avant d'envoyer leur lettre, le 20 février 2014. Ils soutiennent également avoir envoyé une autre missive à Marc Parent le 14 juin 2013 «démontrant clairement [leur] épuisement face à l'inaction des Affaires internes et [leur] déception face à l'absence de crédibilité de certains membres de votre direction», ont-ils écrit.

Di Feo et Cacchione ont rencontré une première fois Marc Parent le 24 janvier 2012 pour dénoncer deux collègues. Mais le 17 juin 2013, ils ont été suspendus pour manque de loyauté et fréquentations douteuses, après que certaines de leurs conversations eurent été interceptées dans une enquête ouverte par la GRC. Ils ont conclu une entente à l'amiable, et les accusations disciplinaires ont été abandonnées.

«Je balaie du revers de la main toutes les allégations contenues dans cette lettre», a déclaré Philippe Paul à La Presse, se limitant à ce commentaire.

Il n'a pas été possible de faire réagir l'ancien directeur du SPVM Marc Parent. La Presse a voulu obtenir la réaction du directeur adjoint du SPVM Bernard Lamothe, mais la commandante Marie-Claude Dandenault, responsable des relations avec les médias, a affirmé qu'il n'y aura aucun commentaire compte tenu de l'enquête en cours.

Personne n'était en mesure de réagir hier au ministère de la Sécurité publique.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou à l'adresse postale de La Presse.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer