Trois sites de consommation supervisée de drogue autorisés à Montréal

Une fois mis sur pied et opérationnels, les... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Une fois mis sur pied et opérationnels, les trois sites seront situés dans les arrondissements Hochelaga-Maisonneuve et Ville-Marie. Sur notre photo, un kit d'injection proposé dans un site supervisé ontarien.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin, Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Montréal aura bientôt trois centres fixes de consommation de drogue supervisée, a fait savoir lundi la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, après avoir accordé les exemptions juridiques requises.

Ils vont s'ajouter aux deux seuls lieux de ce genre qui existent présentement au pays, à Vancouver.

La ministre fédérale de la Santé a confirmé lundi que 10 autres demandes étaient en cours d'étude concernant l'implantation de tels lieux dans des villes canadiennes. Cela inclut aussi une demande pour un centre mobile à Montréal.

Ces trois nouveaux emplacements seront gérés par les organismes Cactus, Dopamine et Spectre de rue. Ils doivent être situés dans les arrondissements Hochelaga-Maisonneuve et Ville-Marie, en plein coeur de la métropole.

Ils devraient être opérationnels à la fin mars ou au début avril, a indiqué Santé Canada sur la base des informations reçues. L'ouverture de leurs portes est toutefois conditionnelle à une inspection préalable du ministère fédéral.

Alors que les autorités de santé publique sont sollicitées pour lutter contre la crise de surdoses d'opioïdes qui sévit au Canada, la ministre Philpott est d'avis que le gouvernement fédéral fait ce qu'il doit faire.

«La crise des surdoses, ça touche des Canadiens partout au pays», a-t-elle commenté en point de presse devant la porte de la Chambre des communes à Ottawa.

«Cela aura un impact important et va assurément sauver des vies», a-t-elle ajouté au sujet des trois emplacements montréalais.

La demande qui a fait l'objet d'une approbation est celle soumise par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal pour la mise sur pied de trois centres fixes de consommation supervisée à Montréal.

Le gouvernement québécois avait appuyé la demande du CIUSSS et lundi, la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, s'est réjouie de l'annonce.

«Surtout pour les populations qui utilisent ces drogues-là. On va pouvoir prévenir les surdoses, les décès associés à ces surdoses, (...) une réduction du partage du matériel d'injection, donc la réduction du VIH», a-t-elle précisé en entrevue téléphonique.

La ministre croit aussi que ces sites contribueront à désengorger les urgences des hôpitaux.

C'est d'ailleurs Québec qui va assumer les coûts de ces services, a-t-elle confirmé.

«Il faut le voir comme un investissement en prévention», a-t-elle dit.

Mme Charlebois affirme que le gouvernement québécois est ouvert à d'autres emplacements dans d'autres villes, s'il y a des besoins, mais précise n'avoir pas reçu d'autres demandes pour le moment.

Une question de sécurité publique

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est dit très satisfait de la nouvelle et a affirmé que c'était une «bonne journée pour le Canada et une bonne journée pour Montréal».

En point de presse à l'hôtel de ville de Montréal, M. Coderre a déclaré que les astres s'étaient enfin alignés alors que les trois ordres de gouvernements se sont montrés ouverts à cette solution, ce qui n'était pas le cas quand l'ancien gouvernement conservateur était au pouvoir.

«Le problème venait toujours du gouvernement de M. Harper, qui en a fait une question dogmatique», a-t-il souligné.

La Cour suprême du Canada avait tranché en faveur du tout premier centre d'injection supervisée de Vancouver en septembre 2011. Il aura donc fallu attendre près de six ans pour que l'initiative fasse des petits au Québec.

Selon le maire Coderre, ces centres sont nécessaires pour assurer la sécurité publique dans la métropole et sont «essentiels» pour lutter contre l'itinérance et la toxicomanie.

Il ne croit pas que les résidants des endroits où seront placés ces centres soient réticents à les accueillir. «C'est sûr, vous allez probablement trouver une ou deux personnes qui peuvent être en (désaccord), mais au bout de la ligne, quand on leur explique, quand on travaille tous ensemble, on est en mesure de régler cette question-là», a-t-il soutenu.

L'obtention d'exemptions en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances était nécessaire pour que les centres fonctionnent en toute légalité.

Celles pour les centres montréalais sont valides pour un an. Elles pourront être révoquées si les critères ne sont pas respectés.

Dans ces centres supervisés, il est possible de consommer des drogues sous la supervision d'un personnel qualifié pouvant offrir un traitement immédiat en cas de surdose. Ces établissements fournissent de l'équipement stérile, de l'information à propos des drogues et des soins de santé de base ainsi qu'une orientation vers des services de traitement. Dans la majorité des cas, ils proposent aussi un accès à d'autres services de soins de santé, est-il précisé dans un communiqué diffusé lundi par Santé Canada.

Mme Philpott a indiqué que le ministère effectuera des visites des centres pour s'assurer que des mesures de sécurité adéquates sont en place et que le personnel est choisi de façon appropriée.

Selon le ministère fédéral, les centres de consommation supervisée ont donné des résultats positifs au Canada ainsi que dans d'autres pays. Ils permettent de réduire la transmission de maladies et les décès par surdose, de même que les infections, les visites aux urgences et les hospitalisations associées à la consommation de drogues injectables.

Mme Philpott admet toutefois que la création de ces emplacements ne suffira pas à elle seule à résorber la crise. «Il faut de la prévention», suggère-t-elle aussi.

Les autres demandes d'exemptions à l'étude sont pour trois centres à Toronto, deux à Vancouver, deux à Surrey, un à Victoria et un à Ottawa.

En décembre, le gouvernement libéral avait annoncé des changements législatifs pour alléger le processus visant à établir des centres de consommation supervisée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer