Exclusif

Naufrage définitif du projet d'hydrolienne

Une hydrolienne est testée dans les installations de... (PHOTO FOURNIE PAR BOEING, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une hydrolienne est testée dans les installations de RER Hydro, en 2012. Le partenariat prévu entre RER, Hydro-Québec et Boeing était à l'origine un projet de 130 millions.

PHOTO FOURNIE PAR BOEING, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) C'est la fin, irrévocable, du projet d'hydrolienne que le gouvernement Marois avait approuvé une semaine avant les élections générales. Québec exige que les propriétaires sortent carrément du fleuve la turbine de 120 tonnes immergée sous le pont de la Concorde, qui « tourne de façon incontrôlée » et « représente un danger pour la faune aquatique ».

Des employés de RER Hydro procèdent à l'inspection... (PHOTO FOURNIE PAR BOEING, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Des employés de RER Hydro procèdent à l'inspection d'une turbine, en 2012.

PHOTO FOURNIE PAR BOEING, ARCHIVES LA PRESSE

Une hydrolienne de l'entreprise RER, en 2010... (Photo André Pichette, Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Une hydrolienne de l'entreprise RER, en 2010

Photo André Pichette, Archives La Presse

En novembre dernier, une lettre conjointe des ministères de l'Environnement, de l'Énergie et de la Faune, que La Presse a obtenue, exigeait le retrait de cet équipement en décembre 2016. Or, la missive de Québec à Télésystème Énergie ltée est restée lettre morte. La firme de Charles Sirois, cofondateur de la Coalition avenir Québec, qui était responsable en 2003 de la sélection des candidats du Parti libéral du Québec, n'a pas davantage répondu à la demande de Québec, qui exige des redevances pour l'utilisation de l'eau, prévues par la loi.

Québec souligne avoir fait preuve de « tolérance tant que les loyers et redevances étaient acquittés. [...] Ces conditions n'ayant pas été respectées, la présence de l'hydrolienne ne peut être tolérée davantage ». L'équipement doit être retiré et les lieux, restaurés dans leur état d'origine. Une telle turbine peut produire 250 kW d'énergie - elle peut faire fonctionner par exemple 50 sécheuses domestiques en même temps.

L'aventure de RER aura coûté 9,3 millions de fonds publics, indique une source au ministère de l'Énergie. En mars 2014, juste avant les élections générales, Québec avait accordé, par l'entremise d'Investissement Québec, un prêt de 8,5 millions à RER, dont 3,4 millions ont été déboursés. Le ministère d'Élaine Zakaïb avait déjà injecté 4,9 millions dans l'aventure. Politiquement, le projet était porteur - les turbines devaient être fabriquées à Bécancour, une région clé pour la réélection du gouvernement péquiste. Une campagne de publicité locale avait été lancée sur ce projet avant l'appel aux urnes du printemps 2014.

Le partenariat prévu entre RER, Hydro-Québec et Boeing était à l'origine un projet de 130 millions - Québec se disait prêt à accorder 85 millions pour ces turbines destinées à produire de l'électricité au moyen du courant hydraulique. Avec la mise de fonds des partenaires, c'est près de 50 millions qui ont sombré dans le fleuve.

LE PROJET ABANDONNÉ APRÈS L'ÉLECTION DES LIBÉRAUX

Le projet visait la mise en place, en deux vagues, de huit turbines - une seule avait été installée, et elle devait être retirée avant le début d'une seconde phase, en octobre 2014. À son arrivée au pouvoir, le gouvernement Couillard avait indiqué qu'il ne souhaitait pas aller de l'avant. Jacques Daoust, ancien président d'Investissement Québec devenu ministre de l'Économie, avait révélé qu'il avait toujours été opposé au projet.

Dans les semaines qui ont suivi, Imad Hamad - sans lien avec l'ex-ministre Sam Hamad - avait multiplié les démarches auprès des ministères et des organismes, cherchant des clients pour l'énergie qui serait éventuellement produite par ses turbines. RER se met sous la protection de la loi sur la faillite en juillet 2014.

Un an plus tard, Télésystème achète les actifs de RER pour 1,5 million - les équipements sont évalués à plus de 2 millions, sans tenir compte de la propriété intellectuelle de RER. Au lancement de ce qui devait être un chef de file mondial dans ce créneau, on parlait de 1000 emplois, une cible ramenée par la suite à 600. En réalité, seulement 35 emplois, temporaires, ont été créés.

La faillite de juillet 2014 a forcé la radiation de 49 millions de créances auprès de 170 entreprises et fournisseurs.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer