Espionnage de Lagacé: Coderre dit n'avoir «aucune responsabilité»

Le SPVM a eu accès aux relevés téléphoniques... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le SPVM a eu accès aux relevés téléphoniques du chroniqueur Patrick Lagacé en décembre 2014. Le corps policier cherchait à découvrir l'origine d'une fuite en lien avec une présumée affaire de contravention impayée par le maire Denis Coderre.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LÉVIS) Le maire Denis Coderre a dit n'avoir « aucune responsabilité » dans l'espionnage du journaliste Patrick Lagacé, lundi. Mais il admet qu'il aurait « peut-être » dû agir différemment, lui qui s'est plaint à l'ancien chef de police Marc Parent de fuites médiatiques qui le concernaient.

De passage à Lévis, M. Coderre a nié toute responsabilité dans l'enquête au cours de laquelle la police a obtenu des relevés téléphoniques de M. Lagacé. 

« Aucune, aucune, aucune, a-t-il dit. Aucune responsabilité et je n'embarque pas là-dedans. Moi, je ne m'occupe pas des opérations policières et je ne m'occupe pas du juge non plus. » 

Il a confirmé avoir contacté M. Parent après une série de reportages, notamment sur son comportement lors d'un spectacle de Corey Hart et sur une contravention qu'il aurait reçue à Laval. M. Lagacé a contacté son bureau pour demander des explications au sujet d'une contravention qui, selon certaines rumeurs, n'aurait pas été payée. Cette information a été démentie par le maire et l'article n'a jamais été écrit. 

« Quand ça fait trois fois que ça arrive, je me demande si c'est normal et si c'est légal », a relaté M. Coderre. 

« J'ai dit au directeur: "C'est-tu légal?", a-t-il dit. Et bon, il a fait enquête. That's it. » 

Il nie catégoriquement avoir donné l'ordre aux policiers d'espionner M. Lagacé et admet qu'il serait « choqué », lui aussi, s'il apprenait être sous écoute.

 Le maire maintient qui ne s'est jamais immiscé dans le processus d'enquête. C'est pourquoi il s'est gardé de critiquer la manière dont les policiers ont enquêté sur le cas Lagacé. 

Agir autrement

M. Coderre reconnaît toutefois qu'il aurait « peut-être » été préférable de déposer une plainte formelle au SPVM, plutôt que de discuter directement avec son chef.

Selon lui, les reportages découlent d'un contexte « patronal-syndical » tendu, une pointe à l'égard de la Fraternité des policiers qui représente les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

Dans une déclaration non signée, la Fraternité a dénoncé les commentaires du maire.

« Contrairement à ce qu'affirme M. Coderre, les relations de travail ne sont aucunement responsables de la chasse aux sorcières, de l'espionnage de journalistes et de la crise au SPVM. Il s'agit d'une évidente tentative de diversion pour occulter sa propre responsabilité en tant que maire qui s'ingère en demandant directement des enquêtes au directeur de police. »

« C'est important de maintenir une distance entre le politique et le milieu policier »

Présent à Montréal lundi matin pour l'inauguration des nouveaux bâtiments du CHU Ste-Justine, le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a refusé de dire si oui ou non, il appuyait la décision du maire Coderre d'avoir appelé le chef du Service de police de la Ville de Montréal.

« C'est important de maintenir une distance entre le politique et le milieu policier », s'est contenté de répondre M. Coiteux.

Le ministre a ensuite répété à plusieurs reprises que l'enquête administrative annoncée par Denis Coderre cette fin de semaine et la commission d'enquête mise sur pied par le gouvernement seront « l'occasion de faire la lumière sur l'ensemble de la problématique. » « Ce qui est important c'est que le maire de Montréal, [dimanche] a décrit une démarche pour que l'hôtel de ville puisse éclairer davantage ce qui s'est passé à Montréal. Ce que dit le maire de Montréal me satisfait d'autant plus que ça s'ajoute à ce que nous avons déjà annoncé nous-mêmes », a dit le ministre Coiteux.

- Avec Ariane Lacoursière

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer