Une voie réservée bloquée depuis un an

Depuis un an, la présence d'une remorque d'Hydro-Québec... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Depuis un an, la présence d'une remorque d'Hydro-Québec bloque la voie réservée tout près d'une sortie du métro Crémazie, en plus de réduire de moitié la largeur du trottoir.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les travaux de la Ville de Montréal ne sont pas les seuls à provoquer des bouchons dans les rues de la métropole. La lenteur d'une grande entreprise à moderniser ses équipements électriques provoque depuis un an le blocage d'une voie réservée aux autobus à une intersection particulièrement problématique.

Au début de l'automne 2014, Hydro-Québec garait une remorque dans la voie réservée du boulevard Crémazie, à l'angle de la rue Saint-Denis. Il s'agit en fait d'un poste de transformation mobile servant à remplacer de façon temporaire des équipements normalement enfouis sous terre.

Devant la croissance de la demande d'électricité dans l'île, Hydro-Québec a entrepris de convertir ses lignes de moyenne tension pour les faire passer de 12 000 volts à 25 000 volts. « La demande en électricité est en progression et il faut s'adapter », dit Ouali Fadil, porte-parole de la société d'État.

Ce projet implique toutefois que les clients branchés aux lignes électriques converties modernisent leurs propres équipements. Et depuis un an, une grande entreprise tarde à réaliser ses travaux sur ses installations, d'où la nécessité de maintenir un poste de transformation mobile.

Jusqu'à la mi-novembre

Hydro-Québec n'a pas voulu identifier l'entreprise, indiquant que cette information est confidentielle. La société d'État dit avoir été informée par sa cliente retardataire que ses travaux de conversion devraient être terminés à la mi-novembre. C'est seulement par la suite que le poste de transformation mobile pourra être retiré et la voie réservée, libérée.

La société d'État reconnaît que les délais sont particulièrement importants.

« Une année, c'est peut-être des délais un peu trop longs, mais nous sommes tributaires de la clientèle », présise Ouali Fadil.

Hydro-Québec dit n'avoir d'autre choix que d'attendre, sans quoi elle risquerait d'endommager les installations de cette entreprise en l'alimentant avec une charge plus élevée.

Depuis un an, la présence de la remorque bloque la voie réservée tout près d'une sortie du métro Crémazie, en plus de réduire de moitié la largeur du trottoir. Les autobus doivent ainsi contourner la poste de transformation à cette intersection problématique en raison du fort débit de circulation, notamment à l'heure du retour à la maison où les véhicules arrivant du sud et du nord doivent converger sur le boulevard Crémazie. 

Les arrêts d'autobus ont dû être déplacés pour permettre aux usagers des transports en commun de monter en toute sécurité.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer