Port du hijab: le SPVM «ouvert» à l'idée pour ses policières

La police d'Edmonton (notre photo) permet aux agentes... (PHOTO tirée du site web du Service de police d'Edmonton)

Agrandir

La police d'Edmonton (notre photo) permet aux agentes qui le désirent de porter le hijab depuis 2013, et la GRC lui a emboîté le pas en janvier.

PHOTO tirée du site web du Service de police d'Edmonton

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) permet désormais à ses policières musulmanes de porter le hijab, mais qu'en est-il des principaux corps policiers du Québec ? Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'a jamais reçu de demandes à ce sujet, mais se dit « très ouvert » à l'idée.

Afin de refléter davantage la population canadienne et d'encourager des femmes musulmanes à envisager une carrière policière, la GRC a récemment décidé d'autoriser le port du hijab. La GRC insiste sur le fait que le foulard a été conçu pour être sécuritaire, après une série de tests rigoureux. La nouvelle a fait le tour du monde.

« Nous n'avons pas pris position sur le sujet, mais nous sommes très ouverts à ce genre de demandes », a indiqué hier la commandante du SPVM Marie-Claude Dandenault. Cette prise de position de la GRC incite le corps policier montréalais à évaluer la question, dit-elle. Au Canada, les forces armées, la police de Toronto et la police d'Edmonton permettent déjà le port du foulard.

« J'ai toujours dit, tant qu'il y a le visage découvert, je n'ai pas de problème avec ça », a quant à lui déclaré hier le maire de Montréal, Denis Coderre, en réponse à une question sur le sujet.

Comme le SPVM, la Sûreté du Québec (SQ) n'a jamais reçu de demandes de ses membres en ce sens.

« On n'a jamais pris position », a indiqué le lieutenant Jason Allard, responsable des communications au sein de la police provinciale, qui a souligné qu'il ne voulait pas commenter la décision de la GRC

« On n'a jamais eu de demandes d'accommodement d'uniformes pour des motifs religieux », indique le lieutenant Jason Allard, responsable des communications à la SQ.

Le lieutenant Allard affirme que la Sûreté du Québec a fait des efforts au cours des dernières années afin d'augmenter le nombre de femmes et de membres issus des communautés culturelles au sein du corps policier. « On privilégie une meilleure représentation de toutes les cultures, mais on ne vise pas de groupe spécifique comme l'a fait la GRC », dit-il.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer