L'inspecteur général de Montréal déjoue une tentative de collusion

Denis Gallant... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Denis Gallant

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La collusion est toujours présente dans les contrats de la Ville de Montréal. L'inspecteur général Denis Gallant recommande à la métropole d'annuler deux contrats de 12,3 millions après avoir découvert qu'un entrepreneur en déneigement avait tenté au début du mois de juin de convaincre au moins un concurrent de ne pas participer à un appel d'offres.

Le Bureau de l'inspecteur général (BIG) a déposé aujourd'hui un rapport de 20 pages détaillant une tentative d'entente collusoire pour l'octroi de deux contrats de déneigement dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve que les élus devaient adopter aujourd'hui même.

Le document indique que Louis-Victor Michon, directeur des opérations de l'entreprise J.L. Michon Transports, a eu de «nombreux contacts» avec un de ses concurrents afin de «le convaincre de ne pas déposer de soumission» dans le cadre d'un appel d'offres. L'homme a aussi demandé à son concurrent de convaincre d'autres entreprises de renoncer aussi à ce contrat.

«Louis-Victor Michon a tenté, sans succès, de conclure des ententes de nature collusoire avec un concurrent afin de 'protéger' le contrat de déneigement que [son entreprise] J.L. Michon Transports avait obtenu dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve lors de l'appel d'offres précédent», conclut le rapport.

Le BIG dit en être arrivé à cette conclusion à la suite d'«admissions claires» ainsi qu'après avoir écouté des enregistrements audio de deux conversations survenues aussi récemment que les 27 mai et 3 juin.

Incapable d'annuler l'octroi du contrat en raison de ses pouvoirs restreints, Me Gallant recommande aux élus de ne pas octroyer les contrats, comme ils devaient le faire lors de la séance du conseil municipal ayant lieu aujourd'hui. Ceux-ci devaient se chiffrer à 12,3 millions.

L'inspecteur général recommande par ailleurs un resserrement de la politique de gestion contractuelle. Malgré la découverte de cette tentative de collusion, Me Gallant se dit dans l'impossibilité d'interdire de contrats pendant 5 ans l'entreprise. Cette recommandation survient alors que les élus sont justement appelés à se prononcer sur une nouvelle politique, mais l'opposition déplore que, loin de resserrer les règles, celle-ci soit plus laxiste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer