Secteur de l'UdeM: 143 vols sur 8 coins de rue

Pas moins de 143 entrées par effraction ont... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Pas moins de 143 entrées par effraction ont été rapportées l'an dernier uniquement sur le segment du boulevard Édouard-Montpetit compris entre l'avenue Vincent-D'Indy et le chemin de la Côte-des-Neiges.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
DAPHNÉ CAMERON ET RHYS HALSEY-WATKINS
La Presse

Le secteur de l'Université de Montréal est celui qui a connu le plus grand nombre de vols en 2015. C'est du moins l'étonnante révélation qui ressort du tout premier jeu de données ouvertes cartographiques publié hier par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui géolocalise toutes les entrées par effraction commises l'an dernier.

Lorsque les données sont colligées sur une « carte... (INFOGRAPHIE LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Lorsque les données sont colligées sur une « carte de chaleur », le quartier Hochelaga-Maisonneuve ressort aussi clairement.

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Prises de manière brute, ces données sont indigestes. Placées sur une carte, elles révèlent les zones de vol les plus chaudes à Montréal.

Le secteur de l'Université de Montréal est l'un des plus prisés par les voleurs. Pas moins de 143 entrées par effraction ont été rapportées au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l'an dernier uniquement sur le segment du boulevard Édouard-Montpetit compris entre l'avenue Vincent-D'Indy et le chemin de la Côte-des-Neiges.

Une rue plus au nord, le pâté de maisons compris entre l'avenue Decelles, l'avenue Lacombe, les rues Fendal et McKenna a subi 32 entrées par effraction, a constaté La Presse en cartographiant des données inédites du SPVM, dévoilées hier sur le portail de données ouvertes de la Ville de Montréal.

Qu'est-ce qui explique un nombre si élevé de vols dans un quartier peuplé par un grand nombre d'étudiants ? Les locaux de l'Université de Montréal sont-ils inclus dans le décompte ? Malheureusement, le SPVM n'a pas répondu à notre demande d'explications, hier. Pourtant, deux heures plus tôt, le corps policier avait annoncé en grande pompe la libération de données ouvertes et se vantait d'être le premier service de police à le faire au Québec.

Le SPVM ne révèle aucune adresse dans le ficher qu'elle a dévoilé hier. Les entrées par effraction sont compilées en fonction de l'intersection la plus proche. Deux intersections arrivent en tête de palmarès, avec 25 entrées par effraction recensées. Il s'agit de l'angle du boulevard Édouard-Montpetit et de la rue McKenna, situé près de HEC Montréal et du collège privé Jean-de-Brébeuf, ainsi que l'intersection de la rue de Gaspé et de la rue de Gaspé, à L'Île-des-Soeurs.

Au quatrième rang du palmarès des intersections où l'on recense le plus d'entrées par effraction à Montréal figure un autre secteur où vivent de nombreux étudiants. Le SPVM a reçu 21 dénonciations près de l'angle des rues Milton et Aylmer, dans un quartier surnommé le « ghetto McGill » en raison de sa proximité avec l'université anglophone.

Des intersections des quartiers Villeray, La Petite-Patrie et Plateau-Mont-Royal figurent aussi dans le top 10 de celles où ont été commises le plus d'entrées par effraction en 2015.

Lorsque les données sont colligées sur une « carte de chaleur », un outil visuel qui permet de voir les zones où la concentration d'événements est la plus élevée, le quartier Hochelaga-Maisonneuve ressort aussi clairement.

Au total, Montréal a connu près de 11 000 entrées par effraction en 2015.

D'AUTRES DONNÉES À VENIR

En publiant ces premières statistiques sur le crime, le SPVM se joint à la mouvance des données ouvertes, un dossier important pour l'administration Coderre dans le cadre de son objectif de devenir l'une des villes les plus intelligentes du monde.

L'été prochain, d'autres données du SPVM seront versées sur le site de données ouvertes de la Ville de Montréal : celles sur les vols de véhicules, les vols qualifiés, les méfaits, les accidents de circulation et les infractions entraînant la mort.

« Vous savez, les données liées à la criminalité, d'un point de vue d'ouverture de données publiques, ce sont des données extrêmement populaires. C'est le cas à Chicago et à New York, où ce sont les données les plus consultées par les citoyens », a indiqué le conseiller municipal Harout Chitilian, responsable de ce dossier à la Ville de Montréal.

Au Canada, Vancouver et Halifax publient aussi sous forme de données ouvertes des informations sur la criminalité.

M. Chitilian a expliqué que les données sur les entrées par effraction pourraient servir, par exemple, aux compagnies d'assurance. « Ça peut avoir des impacts très positifs », a-t-il expliqué. « Aux États-Unis, ç'a eu pour effet de faire baisser les primes d'assurance parce que l'analyse que les compagnies faisaient et la réalité sur le terrain étaient très différentes, dans certains cas. »

- Avec la collaboration de Thomas de Lorimier, La Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer