Exclusif

800 000 $ versés par l'AMT à des soumissionnaires perdants

Le fait de dédommager les entreprises perdantes dans... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le fait de dédommager les entreprises perdantes dans un appel d'offres permet à l'AMT de devenir propriétaire des soumissions et ainsi prendre connaissance des meilleures pratiques du secteur privé pour ses projets futurs, a expliqué la porte-parole de l'AMT, Fanie Clément St-Pierre.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Agence métropolitaine de transport (AMT) aura bientôt versé 800 000 $ pour compenser des firmes qui ont perdu des appels d'offres pour la construction de ses centres d'entretien des trains de banlieue.

En 2012, l'organisme a versé 150 000 $ à Dessau et à EBC, a appris La Presse grâce à la Loi sur l'accès à l'information. Ces firmes avaient participé au concours pour la construction des ateliers ferroviaires de Lachine, un contrat de 71 millions remporté par SNC-Lavalin.

Par ailleurs, l'AMT confirme qu'elle versera 500 000 $ pour indemniser les consortiums qui ont tenté, sans succès, de décrocher le contrat pour la construction d'un centre d'entretien à Pointe-Saint-Charles plus tôt cette année.

Ces deux projets sont menés en partenariat public-privé (PPP). L'entreprise sélectionnée pour les piloter doit financer, concevoir et construire l'infrastructure, en plus de l'entretenir.

La porte-parole de l'AMT, Fanie Clément St-Pierre, affirme qu'il est normal d'indemniser les entreprises perdantes dans un appel d'offres de cette nature.

« C'est d'usage assez fréquent dans ce type de projet-là », a-t-elle résumé.

La stratégie permet à l'AMT de devenir propriétaire des soumissions. Elle peut ainsi prendre connaissance des meilleures pratiques du secteur privé pour ses projets futurs, a expliqué Mme Clément St-Pierre.

« Cette façon de procéder, de garder la propriété intellectuelle des entreprises qui ont soumissionné, ça nous a permis de réfléchir hors des sentiers battus, d'aller chercher des idées novatrices et des façons de faire moins chères que ce que l'industrie pouvait penser d'emblée. »

Le vice-président aux finances d'EBC, Martin Houle, confirme qu'il est courant pour les gouvernements de verser des compensations dans le cadre d'appels d'offres en PPP. Les soumissionnaires engagent des dépenses beaucoup plus importantes que dans des appels d'offres conventionnels.

Dans le cas d'EBC, spécialisée dans la construction, elle a dû nouer des ententes avec des banques et des firmes de génie-conseil et faire appel à des experts externes pour participer au concours du centre de Lachine. Si bien que la somme versée en dédommagement ne permet pas à l'entreprise de couvrir ses frais, a dit M. Houle.

« Si nous n'avions pas de compensation, probablement que nous ne soumissionnerions pas, a-t-il résumé. Déjà, la compensation qu'on nous donne ne couvre pas nos frais. Nous faisons un investissement pour tenter d'obtenir ces contrats. »

L'AMT a lancé un premier appel de qualification en novembre 2010 pour encourager des entreprises à soumissionner le projet de Lachine. Sept consortiums de construction et d'ingénierie avaient manifesté leur intérêt, mais seulement trois ont effectivement déposé une soumission.

Deux ans de retard

Québec et Ottawa prévoyaient que le centre d'entretien de Lachine serait en activité en novembre 2013. Il a finalement été livré en octobre dernier, avec deux ans de retard.

C'est un litige de nature environnementale avec SNC-Lavalin qui a causé cet important retard. L'entreprise a avisé l'AMT d'un dépassement de coûts possible de 10 millions en raison d'une forte présence de mâchefer dans le sol du site. L'Agence juge que l'entreprise est responsable du problème.

L'affaire n'est toujours pas réglée, affirme Mme Clément St-Pierre.

Pointe-Saint-Charles

L'AMT a retenu la même formule du PPP pour la construction de nouveaux ateliers dans le secteur Pointe-Saint-Charles, un projet semblable à celui de Lachine. Quatre consortiums ont participé au concours. C'est finalement la Société en commandite CE Sébastopol qui a été sélectionnée pour mener le projet, en mai dernier.

Mme Clément St-Pierre affirme qu'il est trop tôt pour déterminer les sommes exactes qui seront versées aux trois consortiums qui ont participé au concours sans succès. Elle confirme toutefois que l'AMT versera des compensations totalisant un demi-million aux entreprises qui n'ont pas été retenues.

- Avec la collaboration de William Leclerc

Gagnants et perdants

Centre d'entretien de Lachine

  • Entrée en service prévue: novembre 2013
  • Entrée en service effective: octobre 2015
  • Valeur du projet: 119 millions
  • Valeur du contrat de conception, construction et entretien: 71 millions
  • Soumissionnaire gagnant: SNC-Lavalin
  • Soumissionnaires perdants: Dessau, EBC

Centre d'entretien de Pointe-Saint-Charles

  • Entrée en service projetée: 2017
  • Valeur du projet: 270 millions
  • Valeur du contrat de conception, construction et entretien: à déterminer
  • Soumissionnaire gagnant: Équipe Centre d'entretien Sébastopol
  • Soumissionnaires perdants: Consortium EntreTrain Pointe-Saint-Charles, Groupe Ferroviaire Intégré Pointe-Saint-Charles, Partenariat Ferroviaire St-Charles

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer