SPVM: Il faudra régler «la fissure», croit Jacques Duchesneau

Jacques Duchesneau a livré mardi une conférence devant l'Institut... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Jacques Duchesneau a livré mardi une conférence devant l'Institut des auditeurs internes.

Photo: André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le prochain chef de la police de Montréal aura comme tâche de régler le «bris» entre policiers et manifestants pense Jacques Duchesneau.

L'homme, qui a assumé ce poste pendant quatre ans dans les années 90, croit que le futur leader devra fixer le problème de confiance qui règne en ce moment. 

«Il va falloir un chef qui va s'assurer que la fissure ne continue pas à se faire». L'ex-député de la CAQ ne jette pas le blâme sur Marc Parent, qui a dû travailler dans des conditions difficiles selon lui. 

«C'est peut-être le dixième chef de police que je vois à l'oeuvre. Il n'y en a jamais un qui a quitté et que l'on a dit: c'est miraculeux. On a tous eu nos torts», a-t-il indiqué. 

Jacques Duchesneau est d'avis qu'il faudra tracer la ligne au bon endroit pour éviter les dérapages et que le prochain directeur devra aussi être «près de la communauté». 

«Il faut avoir des règles claires: si le policier abuse de son pouvoir, il est renvoyé», a-t-il ajouté devant les journalistes, à la sortie d'une conférence devant l'Institut des auditeurs internes.

Monsieur Duchesneau, maintenant retiré de la politique active, a fait une allocution mardi sur l'origine de la corruption. Selon lui, le gouvernement devrait rapidement trouver un moyen d'aller chercher l'argent  «volé» par les entrepreneurs  et «perdu» par les Québécois. Il pense que le statu quo permet à ceux qui veulent contourner le système de continuer à le faire.  

«J'ai encore des contacts dans le milieu. Il y a des gens qui ont trouvé d'autres moyens pour contourner le système», dit-il. 

La solution? Il faut que les gens se «responsabilisent» et qu'ils aient «le courage» de dénoncer les gestes posés. «Encore aujourd'hui, il y a un mur du silence. Il y a des gens qui savent des choses et qui ne veulent pas parler», croit-il. 

Lors de sa conférence, Jacques Duchesneau est aussi revenu sur son passage à la tête de l'Unité anticollusion et sur ses attentes envers le rapport de la commission Charbonneau. Sans entrer dans les détails, il s'est dit convaincu que la commission «saura nous surprendre» par des propositions audacieuses.

«À court terme, elle aura un impact. Mais n'attendons pas 20-30-40 ans pour revoir ce qu'elle nous aura dit. Les recommandations qui seraient faites, elles vont devoir être appliquées (par le gouvernement du Québec)», a dit M. Duchesneau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer