Le camp du FRAPRU au centre-ville appuyé par plusieurs personnalités

Le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

C'est finalement à compter du 21 mai que le FRAPRU installera son «camp à durée indéterminée» au centre-ville de Montréal, un camp qui vient de recevoir l'appui d'une vingtaine de personnalités.

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain espère que les autorités municipales accepteront ce «Camp pour le droit au logement», qui vise à faire pression sur les gouvernements du Québec et du Canada pour qu'ils financent mieux le logement social.

Au cours d'une rencontre avec la presse, mardi, le FRAPRU a présenté une liste de personnalités qui donnent leur appui moral à ce Camp pour le droit au logement, dont l'humoriste Lise Dion, le metteur en scène Robert Lepage, les comédiens Michel Côté, Gilles Renaud, Sylvie Legault, Véronique Le Flaguais, Andrée Lachapelle, les cinéastes Philippe Falardeau, Bernard Émond et Hugo Latulippe, l'auteur François Avard, les professeurs Michel Seymour et Christian Nadeau... et même Anarchopanda.

«Le fédéral, en ce moment, juge bon d'aller bombarder et détruire des habitations très loin; je préférerais qu'il mette cet argent-là sur les habitations ici», a lancé François Avard, présent à la conférence de presse.

«C'est quoi leur intention (aux gouvernements)? Est-ce qu'on veut vraiment tout saboter et faire de Montréal une ville avec plein de trous dans les rues et beaucoup d'itinérants? Le visage de Montréal s'en vient de plus en plus pauvre et dramatique. C'est aberrant. Il n'y a pas de fierté dans ce gouvernement-là? La fierté, c'est de donner à son monde ce qu'il faut et d'assurer les subventions qui ont déjà été mises en place», a de son côté plaidé Sylvie Legault, aussi présente à la conférence.

Le FRAPRU a sollicité des appuis de personnalités pour son camp justement dans le but d'accroître ses chances qu'il soit toléré par les autorités.

Son coordonnateur François Saillant rapporte qu'en 2008, le FRAPRU avait organisé un camp similaire à Québec et que le maire Régis Labeaume, d'abord réticent, l'avait finalement toléré après avoir appris que des personnalités l'appuyaient. M. Saillant a donc lancé un appel au maire de Montréal, Denis Coderre, espérant qu'il fera preuve de la même ouverture.

Un autre camp a déjà été installé il y a quelques années au Square Victoria, à Montréal, et le maire d'alors, Gérald Tremblay, l'avait longtemps toléré. Mais le camp avait finalement été démantelé par les autorités.

Cette fois, le futur Camp pour le droit au logement sera précédé d'une marche, dont l'itinéraire ne sera pas divulgué à l'avance, a avoué M. Saillant.

Des activités y seront organisées, des ateliers de travail et des spectacles. Le camp accueillera une centaine de personnes mal logées, itinérantes, militantes, dont des enfants et des personnes handicapées, a-t-il précisé, pour bien illustrer qu'il comptait tenir ce camp en toute «quiétude» et transparence.

Il a d'ailleurs signalé que les responsables veilleraient à la salubrité et à la sécurité des lieux. «On s'est doté d'un code de vie», a-t-il répondu, ajoutant qu'il ne tolérerait aucun harcèlement et aucune vente de drogue, notamment pour «protéger les gens qui sont là». «On veut qu'il puisse y avoir des enfants», a-t-il souligné.

Il s'agit d'un camp «à durée indéterminée». Interrogé à savoir à quelles conditions ce camp serait éventuellement levé, M. Saillant a répondu que «ce sont les campeurs qui vont décider» quand il sera justifié de le faire. Mais chose certaine, «il faut sentir une volonté politique; il va falloir qu'il y ait des choses qui bougent» en faveur du logement social.

Le dernier budget du ministre des Finances, Carlos Leitao, constitue une raison de plus pour militer en faveur d'un réinvestissement plus important dans le logement social, estime M. Saillant. Le budget prévoit bien la construction de 1500 logements sociaux, mais c'est la moitié des 3000 qui étaient auparavant financés annuellement, a-t-il déploré. Et ces 3000 étaient déjà insuffisants pour répondre aux besoins, a-t-il fait valoir.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer