Les opérateurs de métro n'ont pas à porter secours sur les quais, dit la STM

Les opérateurs de métro ont pour mot d'ordre clair de ne pas porter secours aux... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les conducteurs de métro ont pour mot d'ordre clair de ne pas porter secours aux blessés sur les quais du métro et de continuer à assurer le service si rien n'obstrue les rails, a confirmé hier la Société de transport de Montréal (STM).

Ce sont ces instructions qui ont été appliquées en janvier 2014, lorsque Radil Hebrich a été abandonné pendant 16 minutes après que sa tête eut heurté une rame en accélération. M. Hebrich est mort quelques heures plus tard à l'hôpital.

Selon le coroner Jacques Ramsay, trois conducteurs de métro et une quarantaine de passants ont vu son corps inanimé sans lui prêter secours avant l'arrivée des ambulanciers, un vendredi soir à la station Langelier. La tête blessée de M. Hebrich se trouvait à une cinquantaine de centimètres du bord du quai.

« Dans tous les cas, aussitôt que tu vois une anomalie comme ça, tu avertis le poste de commande centralisé [PCC]. Et en tout temps, quand ce n'est pas sur les rails, les conducteurs ont le mot d'ordre de continuer », a indiqué Renato Carlone, président du Syndicat des chauffeurs d'autobus et opérateurs de métro (local 1983). 

« Le protocole, c'est ça, et il a été suivi [dans le cas de Radil Hebrich]. Les trois conducteurs ont fait ce qu'ils avaient à faire. »

Les trains passent alors en mode manuel, ce qui permet aux conducteurs de les faire entrer en station à une vitesse moins importante.

«Une question sociale»

Par courriel, la STM a confirmé que « M. Carlone a raison ». L'organisation n'a pas voulu en dire davantage, car elle est « à revoir les circonstances de ce décès ». « Il faut prendre le temps de faire le travail correctement », a dit Amélie Régis, des communications de la STM.

Pour Renato Carlone, l'absence d'aide apportée à Radil Hebrich le soir fatidique est « une question sociale » plutôt qu'un motif de reproche pour ses membres. De toute façon, ceux-ci n'ont pas suivi de cours de premiers secours - sauf initiative personnelle. « Si [l'employeur] en donne, on les prendra, a ajouté M. Carlone. On est ouverts à ça. »

La STM a ajouté que l'ensemble du personnel allait « collaborer pleinement avec le SPVM » dans les vérifications que ses agents effectuent en vue d'une possible ouverture d'enquête criminelle. « Il y a des éléments qui n'ont pas été portés à la connaissance du coroner », a toutefois indiqué Mme Régis, sans toutefois préciser lesquels.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer