Exclusif

Une liste de dirigeants à solliciter

Robert Marcil, qui était alors à l'emploi de... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE)

Agrandir

Robert Marcil, qui était alors à l'emploi de la Ville de Montréal, sollicitait directement les patrons des firmes qui faisaient le plus affaire avec la métropole.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour payer des activités à ses membres au sein de la fonction publique municipale, l'Association des ingénieurs municipaux du Québec (AIMQ) a mis sur pied un réseau de «parrains» chargés de collecter des fonds auprès des entrepreneurs qui bénéficient le plus des contrats publics dans la grande région de Montréal.

Selon des documents obtenus par La Presse, le principal acteur du système était nul autre que Robert Marcil, l'ingénieur à qui la commissaire France Charbonneau a demandé s'il était «imbécile et incompétent» lorsqu'il a nié avoir eu conscience des malversations à la Ville de Montréal.

L'AIMQ, qui regroupe les ingénieurs employés par les municipalités du Québec, n'avait pas de permanence jusqu'en 2012. Elle fonctionnait grâce à des bénévoles. Ses dépenses étaient reliées aux services offerts aux membres et à son séminaire de formation.

Robert Marcil, un des piliers de l'organisme, était président du comité organisateur pour le séminaire de 2007, tenu «dans le cadre enchanteur du prestigieux Château Vaudreuil», comme le précisait alors l'annonce interne.

La Presse a obtenu des documents du comité de financement du séminaire pour 2007. Sept ingénieurs y sont désignés comme «parrains». Ils ont une liste de dirigeants d'entreprise à solliciter, avec les coordonnées et un montant cible pour chacun. Par moments, la liste ressemble à un annuaire des noms cités à la commission Charbonneau.

Robert Marcil, qui était alors à l'emploi de la Ville de Montréal, sollicitait directement les patrons des firmes qui faisaient le plus affaire avec la métropole. C'était un an avant qu'il ne se rende en Italie aux frais de Giuseppe Borsellino, dirigeant de Construction Garnier, un voyage qui l'avait plongé dans la controverse.

La commission Charbonneau a révélé comment Marcil siégeait parfois à des comités de sélection de la Ville, même s'il avait un ami parmi les soumissionnaires. Même lorsqu'il dirigeait 250 fonctionnaires, il demandait parfois lui-même de siéger à ces comités. Il a eu 119 contacts téléphoniques avec le responsable du financement d'Union Montréal, Bernard Trépanier, alias «Monsieur 3%». Ceux-ci coïncidaient souvent avec les réunions des comités de sélection. L'ingénieur est l'un de ceux qui ont engagé à la Ville la fille de sa bonne connaissance Nicolo Milioto, présenté comme l'intermédiaire entre la mafia et les firmes de construction. Il l'avait lui-même invitée à postuler.

Les documents obtenus par La Presse montrent que Robert Marcil a demandé et obtenu 5000$ de Michel Lalonde, président du Groupe Séguin, en vue du séminaire de l'AIMQ. Lalonde a affirmé à la commission Charbonneau qu'il a déjà remis une somme d'argent à M. Marcil pour un membre d'un comité de sélection, dans le cadre d'un appel d'offres, ce qu'a nié M. Marcil.

Comme les documents ne sont pas datés, impossible de savoir si le bilan financier du comité de financement est final ou s'il a été bonifié par la suite. Au moment où il a été imprimé, les «parrains» avaient récolté 33 000$ sur un objectif de 145 500$.

L'AIMQ peu loquace

Questionnée sur ses pratiques, l'AIMQ s'est bornée à envoyer une lettre laconique.

«L'AIMQ reconnaît que par le passé, le Comité organisateur du séminaire de formation 2007 a utilisé une liste d'inventaire du type que vous décrivez pour la vente de kiosques et de son plan de visibilité. Les noms sur ladite liste en regard d'une compagnie quelconque n'étaient conservés que pour une relance éventuelle auprès des compagnies en cas de besoin», précise le président Louis Loiselle.

Celui-ci assure que tous les chèques recueillis ont été envoyés directement au trésorier, qui devait rendre compte des revenus générés.

L'Association a refusé de commenter davantage, ne serait-ce que pour préciser si la pratique est toujours la même. «L'Association s'en tiendra au communiqué émis», a simplement répondu son directeur général.

Quelques entrepreneurs «parrainés» par robert Marcil 

Paolo Catania, de Construction Frank Catania, arrêté par l'UPAC en 2012. Objectif: 5000$.

Reçu: 5000$

Yves Théberge, de CIMA+, arrêté par l'UPAC en 2013. Objectif: 5000$. Reçu: 0$

Joseph Giguère de Doncar Construction, firme condamnée en raison d'un système de fausses factures et montrée du doigt pour pots-de-vin à la commission Charbonneau. Objectif: N/D Reçu: 2500$

Éric Giguère de Construction Soter, entreprise reliée à Doncar. Objectif: 5000$ Reçu: 2500$

François Perreault de Génivar. M. Perreault a confirmé devant la commission Charbonneau l'existence du système de collusion dans le génie-conseil. Objectif: 5000$. Reçu: 500$

Tony Accurso, de Louisbourg. Arrêté deux fois par l'UPAC et une fois par la GRC. Objectif: non précisé.

Reçu: non précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer