Manifs: les commerçants critiquent la lenteur à agir des policiers

Mardi, lors de la manifestation qui avait pour... (Photo: Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Mardi, lors de la manifestation qui avait pour but de dénoncer l'indexation des droits de scolarité, des balles de peinture ont été lancées sur des vitrines et des vitres d'une banque et de deux hôtels ont été fracassées.

Photo: Olivier Jean, La Presse

Partager

Sur le même thème

Les commerçants du centre-ville de Montréal sont exaspérés et demandent aux policiers d'intervenir plus rapidement lors des manifestations pour éviter que d'autres actes de vandalisme soient commis.

André Poulin, directeur général de Destination centre-ville, exhorte les policiers à mettre fin aux manifestations aussitôt qu'un méfait est commis. Il leur demande même d'arrêter les personnes reconnues, d'une manifestation à l'autre, comme ayant des intentions criminelles. «Les manifestations sont en train de dégénérer beaucoup plus rapidement et violemment que l'année dernière. En ce moment, les policiers attendent qu'un méfait soit commis pour intervenir, mais la [casse] s'amplifie rapidement cette année», affirme le directeur de l'organisme, qui représente 8000 commerces et bureaux.

«Leur rôle, ce n'est pas seulement de protéger les personnes qui manifestent, mais aussi de faire respecter les droits de ceux qui font des affaires dans le centre-ville. Les commerçants ont le droit de pouvoir exercer leur commerce en toute quiétude, les clients doivent avoir accès aux commerces et les édifices doivent arrêter d'être vandalisés», ajoute-t-il.

Mardi, lors de la manifestation qui avait pour but de dénoncer l'indexation des droits de scolarité, des balles de peinture ont été lancées sur des vitrines et des vitres d'une banque et de deux hôtels ont été fracassées. «Quelle image est-ce que ça donne aux clients qui logeaient là? Est-ce qu'ils vont revenir prochainement à Montréal? J'en doute», dit M. Poulin.

Les boutiques et restaurants du centre-ville ne croient tout de même pas qu'ils assisteront à un printemps similaire à celui de l'an dernier. En revanche, ils craignent que leurs affaires soient de nouveau perturbées. Certains restaurants n'ont toujours pas retrouvé la clientèle qui avait déserté le centre-ville durant la crise étudiante. «Ce n'est pas nécessaire qu'il y ait une manifestation tous les jours. Il suffit qu'il y en ait une par semaine, ou une par deux semaines aussi violentes qu'hier [mardi] et la fréquentation du centre-ville va diminuer rapidement», soutient M. Poulin.

«Position délicate»

Ian Lafrenière, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, affirme pour sa part que les policiers déployés lors des manifestations font un travail délicat. D'un côté, les commerçants demandent une intervention rapide de leur part. De l'autre, les manifestants critiquent les policiers lorsqu'ils procèdent à des arrestations trop rapidement et avec force.

Il explique également que les policiers ne peuvent pas intervenir à tout moment dans une manifestation, par mesure de sécurité. «On n'attend pas dans une optique de ne pas jeter de l'huile sur le feu. Quand on attend, c'est parce que l'on considère que la situation fait en sorte que nos policiers seraient dans le trouble si on les faisait intervenir dans la foule pour procéder à des arrestations. Sinon, la consigne est claire: aussitôt qu'un acte criminel est commis, on arrête la personne.»

Le bureau du ministre de la Sécurité publique a de son côté indiqué que les policiers doivent mettre tout en place pour protéger la sécurité et les biens des citoyens. «Lorsque des gestes de violence et des méfaits se produisent, les policiers ne peuvent laisser dégénérer une manifestation et sont tenus d'intervenir. Les choix opérationnels quant à l'intervention requise et l'emploi de la force nécessaire relèvent de la compétence policière en fonction de l'évaluation des actes commis», a expliqué Clément Falardeau, attaché de presse du ministre Stéphane Bergeron.

La première ministre Pauline Marois a pour sa part lancé un appel au calme, mercredi, en marge d'une conférence de presse. «Je souhaite que l'on comprenne que les orientations que nous avons choisies sont incomparables à ce que faisait le Parti libéral, qui augmentait les frais de 80% à 82%. Je crois que ce que nous avons proposé est raisonnable. J'espère que ce sera compris comme tel. Pour l'instant, je vais inviter tout le monde au calme», a-t-elle déclaré.

BILAN DES ARRESTATIONS

10
Personnes arrêtées en matière criminelle pour voies de fait sur un policier, méfait, non-respect de conditions
62
Personnes arrêtées pour avoir participé à un attroupement illégal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer