Montréal: les hostilités reprennent entre partis de l'opposition

Partager

La coalition au conseil municipal de Montréal commence l'année comme elle l'a terminée: dans la dispute. Après les insultes et les attaques verbales qui ont fusé de part et d'autre à la mi-décembre, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, s'est attaqué au «manque de planification» de ses adversaires de Vision Montréal.

Un des piliers du parti dirigé par Louise Harel, Benoit Dorais, maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, a répliqué en accusant M. Bergeron de «mener une campagne de peur». Il voit dans cette sortie du chef de Projet Montréal une manoeuvre essentiellement électoraliste, 11 mois avant le prochain scrutin. «Ça augure mal pour l'année à venir», soutient M. Dorais.

Richard Bergeron est en fait revenu sur le dossier controversé du réaménagement d'un ancien entrepôt d'Archivex, dans le Sud-Ouest. Le mois dernier, le projet a été stoppé quand 89 citoyens ont signé le registre pour demander un référendum. Projet Montréal estime que ce réaménagement, qui aurait créé 2000 emplois selon l'arrondissement, ne respecte pas les principes du développement durable.

Montrer patte blanche

M. Bergeron craint en fait que l'immeuble ne devienne «une autre coquille vide». Pour illustrer son propos, il a tenu hier une conférence de presse à quelques kilomètres au nord, devant ce qu'il a qualifié de «verrue dans la ville»: un immeuble de copropriétés désaffecté au 1750, avenue Cedar, sur les flancs du mont Royal.

«Dans les deux cas, le promoteur est Vincent Chiara, a fait valoir M. Bergeron. Dans les deux cas, nous craignons les mêmes pratiques.»

Il estime que ce promoteur «doit montrer patte blanche» et rendre publiques les études de marché démontrant la viabilité du projet Archivex. Il soutient que l'arrondissement devrait encadrer l'aménagement de ce secteur plutôt que d'être «à la merci des promoteurs». «La planification crée de la valeur», explique le chef de Projet Montréal.

Cette sortie a quelque peu surpris le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais. «Je ne le comprends pas. Est-il en manque de visibilité? Archivex, c'est déjà un immeuble vacant, une coquille vide, je ne comprends pas son parallèle.»

«Balises très claires»

Cette première prise de bec de l'année 2013 n'est pas de bon augure pour la coalition mise sur pied en novembre dernier par le maire Michael Applebaum, reconnaît M. Dorais. «Je m'attends à ce que les membres du conseil soient plus matures que ça. On devrait commencer l'année de façon plus constructive.»

Il assure que le conseil d'arrondissement a «donné des balises très claires» pour l'aménagement de ce secteur. «On voulait de l'emploi, des bureaux avec valeur ajoutée. On parle ici de développement durable, d'un Transit Oriented Development (TOD).»

L'arrondissement doit décider dans les prochains jours s'il fera un référendum ou abandonnera le projet. Le maire maintient que les citoyens qui ont signé le registre ont été victimes d'une campagne de peur, notamment menée par la conseillère d'arrondissement Sophie Thiébaut, de Projet Montréal. Une assemblée d'information a été convoquée par l'arrondissement le 23 janvier prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer