Impasse entre Montréal et ses policiers

Le SPVM au centre-ville de Montréal.... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Le SPVM au centre-ville de Montréal.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partager

Accablée par un déficit de 2,7 milliards de ses régimes de retraite, la Ville de Montréal se heurte à une impasse dans les négociations avec ses employés les plus coûteux, ses 4672 policiers. La Ville pourrait demander l'intervention d'un arbitre dès l'automne pour forcer le syndicat à accepter des concessions immédiates.

«Les signaux qu'on reçoit actuellement du groupe des policiers, c'est: «Nous, on n'est pas intéressés, attendons à la fin 2014, au renouvellement de notre convention collective», a déclaré en entrevue à La Presse Jean-Yves Hinse, directeur du capital humain à la Ville de Montréal. Écoutez, le problème est actuel, il n'est pas futur, c'est maintenant qu'on le vit.»

Cette sortie inattendue du haut fonctionnaire a ulcéré le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur, qui y voit «une tentative de diversion de la Ville pour masquer son incompétence quant aux problèmes de malversation et de corruption».

»Bombe à retardement»

Depuis un an, Montréal négocie avec les représentants de ses quelque 29 000 employés pour réduire la facture de ses régimes de retraite, qui lui coûteront la rondelette somme de 580 millions en 2012, soit 15% de son budget. La Ville souhaite essentiellement un partage des coûts à parts égales (elle en paie actuellement 70%), une hausse de l'âge d'admissibilité à la retraite et une stabilité du financement à l'avenir.

«C'est une bombe à retardement, dit M. Hinse, qui a multiplié les entrevues sur ce sujet hier. Avec les taux d'intérêt bas, le déficit va être difficile à résorber. Si on veut maintenir ces régimes de retraite, qui sont nettement avantageux par rapport au privé, il est clair que ça prend des modifications à la baisse.»

Même si l'exercice ne les enthousiasme pas, la plupart des syndicats seraient sur le point de s'entendre avec la Ville. «Ça avance assez bien. On sera probablement en mesure d'annoncer deux ou trois ententes à l'automne.» Les cols blancs, les cols bleus, les cadres et les pompiers sont les principaux groupes avec lesquels les discussions sont prometteuses, indique M. Hinse.

Menaces et mafia

La situation est tout autre avec les policiers, dont la convention collective imposée par un arbitre en juin 2010 n'arrivera à échéance qu'en décembre 2014. Pas question de toucher au régime de retraite d'ici là, a prévenu la Fraternité.

«Si on n'est pas en mesure de bouger, la Ville n'aura pas vraiment le choix de faire une demande d'arbitrage de différend», estime M. Hinse.

La menace a indigné Yves Francoeur, qui la juge «prématurée». «On n'a pas constaté de blocage encore. La convention collective, on l'a réglée ensemble, à la satisfaction des deux parties. Après le 31 décembre 2014, on va regarder toute la situation et trouver des solutions novatrices. Ce sont des vases communicants, le salaire et le régime de retraite.»

Il n'a pas mâché ses mots à l'égard de l'administration du maire Tremblay, qu'il accuse d'avoir «dilapidé l'argent des Montréalais» en donnant «de 20 à 35% des contrats à la mafia». Il a rappelé que la Ville a pris un congé de cotisations de 1997 à 2007 au régime de retraite des policiers. Celui-ci est géré de façon autonome.

«Notre gestion et nos rendements ont permis à la Ville d'économiser 500 millions de congé de cotisations, indique M. Francoeur. Qu'on vienne aujourd'hui nous dire que nous sommes responsables des problèmes financiers de la Ville, c'est de la malhonnêteté intellectuelle.»

Montréal aura du mal à attirer des policiers si la rémunération globale est revue à la baisse, prévient-il. «Dans le climat dans lequel on vit, venir travailler à Montréal, ce n'est pas évident. Pourquoi j'irais à Montréal quand je vais gagner autant à Terrebonne, Mascouche ou Richelieu? Je ne me ferai pas brasser, je ne me ferai pas entourer, je ne me ferai pas écoeurer par des manifestants qui vont me lancer toutes sortes d'affaires.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer