Un policier qui espionnait Patrick Lagacé arrêté pour menaces de mort

Le sergent-détective Iad Hanna (à droite) a été... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Le sergent-détective Iad Hanna (à droite) a été arrêté par la Sûreté du Québec pour menaces de mort envers son collègue Normand Borduas (à gauche).

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La tension monte entre certains policiers mis en cause par la commission d'enquête sur la protection des sources journalistiques : un enquêteur du SPVM a été arrêté mercredi pour avoir menacé de mort un collègue, qui l'a enregistré à son insu au moment de la conversation compromettante, a appris La Presse de source sûre.

L'enquêteur appréhendé, Iad Hanna, a été arrêté pour avoir prétendument menacé la vie de son collègue, Normand Borduas. Les deux hommes faisaient équipe l'an dernier et pilotaient plusieurs enquêtes internes, notamment celle au cours de laquelle le chroniqueur de La Presse, Patrick Lagacé, a été espionné.

Selon nos informations, une rencontre entre les deux hommes a eu lieu en milieu d'après-midi, lundi. La pression est forte sur les deux policiers, entre autres depuis le début des travaux de la Commission d'enquête sur la protection de la confidentialité des sources journalistiques présidée par le juge Jacques Chamberland. 

Hanna et Borduas se seraient parlé pour se rassurer mutuellement sur certains éléments auxquels s'intéresse la commission. Borduas enregistrait secrètement l'échange.

Selon nos informations, il aurait notamment été question d'un rapport préparé par Iad Hanna, que Normand Borduas aurait utilisé pour étoffer son enquête sur Roger Larivière, un ancien policier du SPVM qui fait également l'objet d'une enquête pour avoir rencontré sans permission Stéphane Berthomet, un analyste qui multipliait à l'époque les apparitions dans les médias pour commenter les affaires policières. Toujours d'après nos sources, les procureurs de la commission Chamberland ont commencé à poser des questions à l'enquêteur Borduas sur ce rapport.

UNE REMARQUE QUI NE PASSE PAS

Mais à la fin de la conversation, Hanna aurait dit à son interlocuteur de ne pas douter de lui, sans quoi il pourrait être en danger de mort. Il se pourrait que la remarque ait été une simple métaphore, mais Borduas ne l'a pas trouvée drôle. Il a porté plainte à ses supérieurs.

Parce que toutes les enquêtes internes du SPVM sont maintenant transférées à l'équipe intégrée de la Sûreté du Québec, c'est elle qui a hérité du dossier.

Les responsables de la Moralité du Centre opérationnel nord du SPVM, où travaille maintenant Hanna, auraient été contactés par la SQ et Iad Hanna se serait rendu lui-même au quartier général de la Sûreté du Québec, rue Parthenais, où il aurait fait une déclaration vidéo avant d'être libéré.

Un procureur devrait décider dans les prochains jours si des accusations seront portées. L'enregistrement et le ton utilisé par les interlocuteurs risquent de faire foi de tout.

L'enquêteur Hanna est suspendu avec traitement en attendant la suite des choses. Enquêteur d'expérience en matière de stupéfiants et de moralité, il s'était joint aux Affaires internes du SPVM en 2014. C'est lui qui a interrogé l'ancien sergent André Thibodeau en janvier 2015, lorsque ce dernier a été arrêté pour sa présumée implication dans une affaire de paris sportifs de la mafia. Thibodeau a bénéficié d'un arrêt des procédures à la fin de l'hiver.

MANDATS D'ESPIONNAGE

L'an dernier, Hanna et Borduas avaient obtenu des mandats pour intercepter les communications de Patrick Lagacé dans le cadre du projet Escouade, qui portait sur des allégations de fabrication de preuve par des policiers spécialistes des gangs de rue et du trafic de drogue. En surveillant le cellulaire d'un des policiers visés, les enquêteurs des affaires internes avaient découvert qu'il était en contact avec le journaliste.

Les policiers ont alors ouvert en parallèle une enquête pour « abus de confiance » - une infraction criminelle - relativement à des soupçons de fuites d'informations confidentielles. C'est dans le cadre de cette enquête que le cellulaire de M. Lagacé a été placé sous surveillance. Le policier visé par cette enquête interne a finalement été accusé pour la façon dont il gérait ses informateurs et pour avoir sollicité des prostituées, mais pas pour les supposées fuites journalistiques, puisque l'enquête n'avait rien révélé de criminel de ce côté.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer