Les résidants de Lac-Mégantic jugent que la MMA est responsable

Le 6 juillet 2013, un train hors de contrôle... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le 6 juillet 2013, un train hors de contrôle rempli de pétrole brut a déraillé et explosé à Lac-Mégantic, faisant 47 morts et anéantissant une bonne partie du centre-ville de la municipalité.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un Québécois qui a perdu sa jeune soeur dans la tragédie de Lac-Mégantic a affirmé que les trois hommes acquittés vendredi n'auraient jamais dû subir un procès.

«Depuis la date de l'accident, ces gens-là ont vécu un purgatoire qui doit être extrêmement difficile», a affirmé Bernard Boulet en entrevue téléphonique vendredi.

«Je suis content que ces gens-là soient aujourd'hui libérés.»

Tom Harding, Richard Labrie et Jean Demaître ont été déclarés non coupables de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes, relativement au déraillement et à l'explosion survenus en juillet 2013.

M. Boulet, qui a perdu sa soeur Marie-France dans le drame, dit être en accord avec les verdicts du jury. «C'est un malheureux accident qui a été causé par une nonchalance et une cumulation d'événements, par la nonchalance du propriétaire (de la compagnie ferroviaire), Edward Burkhardt», a-t-il soutenu.

Avant et pendant le procès, les avocats de la défense et les résidants de Lac-Mégantic ont souvent répété le nom de M. Burkhardt.

Ils ont laissé entendre que ce serait lui le premier responsable de la tragédie en tant que président de la désormais défunte Montreal, Maine and Atlantic (MMA), qui était propriétaire du train et du chemin de fer sur lequel il a déraillé.

Edward Burkhardt se défend

Joint par téléphone à son bureau près de Chicago peu de temps après le dévoilement des verdicts, M. Burkhardt a dit à La Presse canadienne qu'il n'était pas surpris d'entendre son nom revenir.

«Il y a eu beaucoup de gens qui appelaient à ce que des gens - dont moi - subissent un procès et tout ça», a-t-il déclaré.

«La police et les procureurs ont fait une enquête approfondie sur ce qui s'est passé, tout comme le (Bureau de la sécurité des transports du Canada) et ils ont conclu que (s'il) devait y avoir une poursuite, ce serait limité aux gens qu'ils ont poursuivis, et je ne peux rien dire d'autre que cela.»

M. Burkhardt était l'ennemi numéro un des résidants dans les jours suivant la tragédie. Ses commentaires brusques et parfois insensibles avaient soulevé l'ire de la population.

Plusieurs se souviennent de la conférence de presse qu'il avait offerte à Lac-Mégantic, pendant laquelle il avait été hué par des résidants en colère.

M. Burkhardt a rappelé qu'il avait perdu ses investissements dans l'entreprise qui a fait faillite et qu'il s'était entendu pour régler à l'amiable une poursuite civile intentée contre lui - et ce, même s'il ne se sent pas personnellement responsable de la tragédie.

Il n'a pas voulu préciser combien il a versé dans le cadre de ce règlement à l'amiable.

«Tout ce que j'ai fait par rapport à cette compagnie a été d'essayer d'imposer des normes de sécurité plus strictes et plus solides. Et le fait que tout se soit effondré ce jour-là est horrible», a-t-il souligné, ajoutant que lui et tous les gens impliqués vivaient toujours avec le fardeau de ce qui est arrivé à l'été 2013.

L'enquête du BST sur le déraillement a toutefois contredit M. Burkhardt.

Dans son rapport final, l'agence fédérale avait écrit qu'il existait «des lacunes importantes entre les instructions d'exploitation de la MMA et la façon dont se déroulaient les activités courantes.»

«La faible culture de sécurité de la MMA a contribué à la perpétuation de conditions et de pratiques dangereuses, et a compromis la capacité de la MMA de gérer efficacement la sécurité.»

Jean Clusiault, dont la fille Kathy est morte dans la catastrophe, s'est lui aussi dit satisfait des verdicts.

«Ce ne sont pas les bonnes personnes qui devaient être là», a-t-il dit à l'extérieur de la salle d'audience, au palais de justice de Sherbrooke. «Ce ne sont pas des tueurs, on les a traités comme des tueurs.»

M. Clusiault, qui a suivi le procès de près, a dit que l'entreprise MMA aurait dû être accusée.

Lac-Mégantic souhaite sa voie de contournement

Julie Morin, la nouvelle mairesse de Lac-Mégantic, a affirmé que personne ne croyait ces trois personnes responsables de la tragédie.

«La compagnie MMA a eu un grand rôle à jouer là-dedans. Je pense que, ce qui est à retenir, c'est que c'est impossible que trois hommes-là à eux seuls aient pu créer ce qui nous est arrivé», a-t-elle confié en entrevue téléphonique.

Selon la mairesse, ce que les citoyens veulent maintenant, c'est de construire une voie de contournement qui éloignerait les trains du centre-ville, ce que le gouvernement fédéral étudie en ce moment.

«Il y a encore beaucoup à faire. C'est un centre-ville au complet qui a été complètement démoli», a-t-elle ajouté.

«Il y a des projets qui sont construits déjà, d'autres gens qui se mobilisent qui cherchent du financement. Il y a beaucoup de beaux projets. Vous savez, la raison pour laquelle on avait hâte que ce procès soit terminé, c'est vraiment parce qu'on a besoin de tourner cette page-là pour avancer, pour continuer de se développer.»

D'autres réactions aux verdicts:

- Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau

«Cet accident nous rappelle l'importance de disposer d'un cadre législatif efficace ainsi que d'un régime d'application de la loi rigoureux pour l'ensemble de notre réseau de transport ferroviaire, y compris le transport des marchandises dangereuses, afin d'offrir le plus haut niveau de sécurité ferroviaire possible au Canada. C'est la raison pour laquelle j'ai entrepris l'an dernier l'examen de la Loi sur la sécurité ferroviaire pour veiller à ce que la sécurité soit à l'avant-plan lorsqu'il s'agit de l'exploitation de nos chemins de fer.»

- Le syndicat des métallos

«Après 5 ans, ce verdict est un soulagement pour ces travailleurs et leur famille. Il est malheureux de constater que la Couronne hésite peu à frapper sur la tête des travailleurs, mais que c'est une tout autre histoire lorsqu'il s'agit de chefs d'entreprise. C'est vrai dans le cas des patrons de la MMA, comme lorsqu'il est question d'accident de travail causant la mort d'un travailleur.»

- Le syndicat des Teamsters

«Le syndicat des Teamsters est soulagé de l'acquittement des trois travailleurs de la Montreal, Maine & Atlantic qui étaient accusés de négligence criminelle dans le déraillement de Lac-Mégantic. Ce long procès a mis en évidence les lacunes de l'industrie ferroviaire et les Teamsters sont d'avis qu'il est maintenant temps pour Transports Canada d'agir de manière décisive pour assurer la sécurité du grand public et des travailleurs.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer