Fraude immobilière: les coaccusés d'Applebaum plaident coupable

L'ancien maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum.... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE ARCHIVES)

Agrandir

L'ancien maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien maire de Montréal, Michael Applebaum, est le seul du trio accusé dans une fraude immobilière présumée à ne pas avoir plaidé coupable. À quelques jours d'intervalle, ses comparses Jean-Yves Bisson et Saulie Zajdel ont reconnu avoir empoché des pots-de-vin de 10 000$ chacun.

Vendredi dernier, l'ancien directeur des permis à l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), Jean-Yves Bisson, a plaidé coupable de corruption. Il a écopé d'un emprisonnement de neuf mois avec sursis suivi d'une période de probation de 18 mois au cours de laquelle il devra effectuer des travaux communautaires.

Hier, c'était au tour de l'ancien conseiller municipal Saulie Zajdel de plaider coupable à deux des cinq chefs d'accusation, soit abus de confiance et corruption. La sentence de M. Zajdel a été prononcée séance tenante. Il a reçu une sentence avec sursis combinée à 240 heures de travaux communautaires. Il doit également faire un don de 10 000$ réparti entre quatre organismes de charité.

Extorsion

De 2006 à 2008, M. Zajdel a appuyé au conseil d'arrondissement un projet immobilier qui exigeait un changement de zonage. Après coup, il est allé rencontrer le promoteur Robert Stein pour lui soutirer de l'argent. Saulie Zajdel a ainsi obtenu 10 000$.

Ce dernier n'était toutefois pas impliqué dans la préparation du dossier. Sur le plan administratif, c'est le haut fonctionnaire Jean-Yves Bisson qui a orchestré le projet immobilier.

Du côté politique, c'est Michael Applebaum qui est directement visé. Il aurait comploté avec l'aide de son chef de cabinet Hugo Tremblay pour influencer des projets immobiliers. D'ailleurs, M. Applebaum fait face à 14 chefs d'accusation, dont complot, fraude, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Il doit subir son procès le 1er juin.

À l'époque des faits reprochés, M. Applebaum était maire de l'arrondissement. Ce n'est qu'en 2012, lorsque Gérard Tremblay a démissionné sous la pression des scandales, que M. Applebaum a pris sa relève à l'hôtel de ville.

Ce fut toutefois de courte durée, car une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a rapidement permis de porter des accusations. MM. Applebaum, Bisson et Zajdel ont été arrêtés en juin 2013. Leur dossier criminel est entre les mains de la procureure de la Couronne, Me Marie-Hélène Giroux.

Ami des conservateurs

Avant son élection comme conseiller municipal en 1994, Michael Applebaum était courtier immobilier. Au cours des derniers mois, il est retourné à son ancien métier.

M. Bisson est retraité de la Ville de Montréal. Quant à Saulie Zajdel, il se décrit lui-même comme un consultant en affaires municipales et un courtier immobilier. Mais sa notoriété est surtout liée à la politique.

Au cours des dernières années, il a été très actif auprès du Parti conservateur, dont il a tenté de représenter les couleurs dans Mont-Royal. Après sa défaite, il est devenu conseiller régional au cabinet du ministre de Patrimoine canadien. Mais depuis son arrestation et les accusations criminelles qui pèsent contre lui, notamment de corruption, les troupes de Stephen Harper ont pris leurs distances.

M. Zajdel a été conseiller municipal de 1986 à 2009, changeant de parti politique selon qui était au pouvoir ou pouvait y prétendre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer