Patrick Côté et l'autre détenu se cherchaient noise depuis plus d'un an

Patrick Côté a joué pendant quelques années dans... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Patrick Côté a joué pendant quelques années dans la LNH, notamment au sein des Stars de Dallas. On le voit servir une solide mise en échec à l'attaquant des Coyotes de Phoenix, Shane Doan, en septembre 1996.

Photo archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Une vieille vendetta avec un codétenu est à l'origine de l'altercation au cours de laquelle l'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Patrick Côté a été blessé par une balle tirée par un agent correctionnel, jeudi soir, au pénitencier de Donnacona.

Selon des informations recueillies par La Presse, Côté et le même détenu ont eu une première altercation particulièrement violente il y a un peu plus d'un an.

Selon des sources, un conflit a alors éclaté pour une raison inconnue entre les deux hommes qui se sont affrontés à coups de barre de poids dans le gymnase de l'établissement. Des coups de semonce avec de vraies balles ont été tirés par les gardiens, ce qui a mis fin à l'altercation. Après celle-ci, les deux hommes ont été séparés, Côté ayant été transféré dans un autre secteur avant d'être libéré en février 2016. Mais l'ancien dur à cuire des Stars de Dallas et des Predators de Nashville est rapidement revenu à Donnacona. Les deux hommes ne s'étaient jamais revus depuis leur première altercation jusqu'à ce que la direction de l'établissement décide de ramener Côté, 41 ans, dans la rangée Y du secteur 119 jeudi dernier.

« À peine vingt minutes après leur nouvelle cohabitation, les deux hommes en sont venus aux coups dans la rangée », raconte une source.

Selon nos informations, un gardien a d'abord lancé l'ordre de cesser la bagarre. Il a ensuite tiré cinq projectiles d'un agent inflammatoire - du gaz poivré - dont deux n'ont pas fonctionné, toujours sans succès. Le gardien et ses collègues ont ensuite utilisé un agent irritant en jet liquide, sans plus de résultat.

« Un des détenus était en train d'étrangler l'autre dont la situation dépérissait. Un gardien a tiré deux coups de semonce, un en l'air et un au sol, mais comme l'agresseur refusait d'obtempérer, l'agent lui a tiré une balle au niveau du thorax, dans ce que l'on appelle le "centre de la masse" », a raconté l'un de nos informateurs.

«C'est très rare qu'un tel événement se rende si loin. Normalement, les détenus cessent de se battre après plusieurs avertissements ou l'utilisation des gaz», nous a confié une autre source du milieu carcéral.

MASSAGE CARDIAQUE

Côté aurait perdu beaucoup de sang. Il a été transporté à l'hôpital, où des manoeuvres auraient été pratiquées sur la table d'opération pour le maintenir en vie. Aux dernières nouvelles, son état était stable, mais il ne serait pas hors de danger pour autant. L'autre détenu, âgé de 30 ans, aurait lui aussi été transporté à l'hôpital, mais ses blessures sont sans gravité.

Des sources ont confié à La Presse que lorsque la direction a annoncé son intention de ramener Côté dans le secteur jeudi, des agents s'y seraient opposés, en raison notamment des circonstances de la première altercation. Mais ils se seraient fait répondre qu'une évaluation de risque avait été faite et que « tout serait correct ».

Les Services correctionnels ont confirmé l'altercation et l'intervention des gardiens mais se sont refusés à tout autre commentaire pour ne pas nuire à l'enquête de la Sûreté du Québec. Même réponse du côté du Syndicat des agents correctionnels du Canada, qui anticipe la tenue d'une enquête par les Services correctionnels.

Côté purge depuis le 1er mars dernier une peine de 42 mois de pénitencier pour deux vols de banque commis sans violence physique et pour non-respect de conditions. Fait à noter, c'est lui-même qui a avoué ses crimes. Autre fait à souligner, Côté a commis ces vols en février 2016, quelques jours à peine après sa sortie de prison pour une autre affaire similaire. En juin 2014, en effet, Côté avait été condamné à 30 mois de pénitencier pour deux autres vols de banques. En mai dernier, sa libération conditionnelle a été refusée. 

---

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer