Bébé oublié dans une voiture: ça peut arriver à tout le monde, dit le père

Le 17 août à Saint-Jérôme, un père a... (Photo Charles Michaud, collaboration spéciale, archives stjerome.topolocal.ca)

Agrandir

Le 17 août à Saint-Jérôme, un père a oublié son bébé dans la voiture toute la journée. L'enfant de 11 mois n'a pas survécu.

Photo Charles Michaud, collaboration spéciale, archives stjerome.topolocal.ca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un homme rongé par la culpabilité d'avoir causé la mort de son bébé, oublié toute la journée dans sa voiture, qui s'est confié hier pour la première fois sur les ondes de 98,5 FM. Ce drame survenu le 17 août dernier devant une garderie de Saint-Jérôme avait ému le Québec et relancé le débat sur la sécurité des bambins dans les voitures.

« Je n'ai pas une douleur juste de la perte de mon enfant, c'est multiplié par la culpabilité, tout le temps », a avoué le père de famille, dont l'identité n'a pas été dévoilée, en retenant ses sanglots.

Au cours de l'entrevue de 20 minutes accordée à l'animateur Paul Arcand et à la journaliste Monic Néron de 98,5 FM, l'homme, sous le prénom fictif de Simon, a raconté les circonstances tragiques qui ont mené à son terrible oubli. Ce jour-là, sa routine était légèrement différente. Après s'être trompé de destination, il avait reconduit ses deux fils plus âgés au camp de jour. Stressé, il était ensuite retourné chez lui pour suivre une formation professionnelle, sans avoir reconduit son bambin de 11 mois à la garderie.

CRIS ET CONFUSION

En racontant son retour à la garderie, en fin de journée, la voix de Simon a immédiatement craqué. « Je dis bonjour à la personne à l'accueil. Elle me dit : le tout-petit n'est pas venu aujourd'hui. Là, j'ai cliqué de mon erreur possible. J'ai défoncé les deux portes, je me suis mis à crier son nom, et là, j'ai vu sa petite tête penchée sur le côté... Je l'ai détaché, j'ai crié... j'ai crié... j'ai crié presque comme si j'étais mort », a-t-il sangloté.

Confus et traumatisé, Simon a dû expliquer le fil des évènements aux policiers, à sa femme et, le plus difficile, à ses deux autres fils. Puis, il est resté des heures au chevet du corps inanimé de son bébé avec sa conjointe. « J'étais incapable de voir son visage et son corps. Tout me rappelait ce que je lui avais fait, parce que oui, c'est un accident, mais j'en suis quand même responsable », a-t-il confié à l'animateur Paul Arcand. « Si j'avais pu lui donner ma vie pour qu'il puisse respirer, ça n'aurait même pas été un choix. Ça aurait été une décision instantanée avec plaisir. »

UN CERVEAU IMPARFAIT

Simon a prévenu que n'importe qui pouvait faire une telle erreur, quoi qu'aient affirmé certaines personnes sur les réseaux sociaux. « La chose que je me dis, c'est que cette personne est la prochaine à oublier son enfant dans son auto. Et je ne souhaite ça à personne, même à la personne que j'haïs le plus au monde. Mais prendre pour acquis que ton cerveau est parfait et que tu ne peux pas oublier tes enfants, non. Ça m'est arrivé. »

Les autorités enquêtent toujours sur la mort de l'enfant. En entrevue, Simon ne savait pas si des accusations criminelles seraient portées contre lui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer