L'un des chasseurs qui a retrouvé Cédrika se confie

À l'âge de 9 ans, Cédrika Provencher est... (PHOTO ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

À l'âge de 9 ans, Cédrika Provencher est disparue le 31 juillet 2007 à Trois-Rivières aux abords du parc Chapais.

PHOTO ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Martin Lanthier chassait avec son frère Pascal et leur ami Sébastien Lupien depuis une quarantaine de minutes dans un secteur boisé vendredi lorsque son regard s'est porté au sol. Rapidement il a constaté qu'il s'agissait d'un crâne d'un être humain. Puis, il a compris qu'il s'agissait d'un enfant. Un mot lui est venu en tête. Cédrika.

« J'ai tout de suite pensé que c'était elle, des ossements d'enfant disparu dans la région... je me disais que ça ne pouvait qu'être elle », a-t-il expliqué à La Presse ce chasseur aguerri encore sous le choc de sa découverte

Ils ont composé le 911 et 10 minutes plus tard, les policiers étaient sur place. Les trois hommes se sont fait poser plusieurs questions et par respect pour la famille et pour protéger l'enquête en cours, M. Lanthier ne souhaite pas révéler davantage de détails sur cette découverte.

Il a d'ailleurs confié qu'il peinait à réaliser l'ampleur de la situation, transporté par un tourbillon médiatique depuis dimanche matin. « C'est un peu spécial de se dire qu'on a retrouvé Cédrika, mais si ça aide à éventuellement résoudre le crime, on aura fait quelque chose pour la famille », a-t-il dit.

Les trois hommes n'ont pas encore rencontré les proches de Cédrika afin de leur laisser vivre leur deuil, mais se disent ouvert à leur parler s'ils en ressentent le besoin. 

« Je suis fier d'avoir pu aider, mais ça reste triste de savoir que Cédrika est morte. Au moins on sait qu'elle ne souffre plus... », a-t-il dit.

La soeur de Cédrika, Mélissa Fortin-Provencher a tenu à remercier les chasseurs. « De ma part et de celle de ma mère, nous aimerons remercier ces trois chasseurs qui l'ont retrouvée [Cédrika] et qui nous permettent d'avancer. Qui permettra à l'enquête d'avancer », a-t-elle écrit sur Facebook.

« Nous aimerions remercier toute la population qui au fil de ces années a tout donné pour nous. À tous ceux qui aujourd'hui nous présentent leurs sympathies. Je fais ce statut pour que tout le monde soit remercié, la police, SQ, bénévoles, nos amis proches,médias... j'aimerais avoir les mots, mais je n'en ai pas, pour ma part c'est seulement un énorme cauchemar. Le deuil peut maintenant commencer. Et ma petite soeur peut maintenant reposer en paix, veille sur nous petit coeur, on t'aime plus que tout et pour toujours », peut-on lire. 

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer