Le chef des Rock Machine arrêté

Jean-François Émard... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Jean-François Émard

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef canadien du groupe de motards Rock Machine, Jean-François Émard, a été arrêté par la Sûreté du Québec tard dimanche, pour possession de stupéfiants, a pu confirmer La Presse.

Le corps policier refuse pour l'instant de discuter publiquement de l'affaire, évoquée tôt lundi par la station 98,5 FM, mais selon nos sources, Jean-François Émard a été intercepté par hasard dans la région de Valleyfield pour une infraction au Code de la route. Il ne s'agissait pas d'une enquête en cours ou d'un projet de surveillance des bandes de motards criminalisés.

Les patrouilleurs de la SQ auraient toutefois découvert de la drogue en sa possession et l'ont emmené en détention. Des enquêteurs spécialisés en profiteront pour interroger l'homme de 38 ans au long passé criminel. Des accusations pourraient être déposées par la suite au palais de justice.

Jean-François Émard avait été atteint d'un projectile d'arme à feu au début de l'été. En entrevue à La Presse récemment, il avait assuré que cet attentat n'était pas l'oeuvre des Hells Angels.

Les Rock Machine avaient livré une guerre sanglante aux Hells entre 1994 et 2002 pour le contrôle du trafic de drogue. Le conflit avait fait plus de 160 morts. Puis, les Rock Machine étaient disparus de la circulation. Jusqu'à ce que d'anciens membres et de nouvelles recrues recommencent à afficher leur sigle en différents endroits du Canada, vers 2011.

Les Rock Machine comptent officiellement deux sections au Québec, la première à Montréal et l'autre en Gaspésie. «Ce n'est pas facile au Québec, c'est un endroit chaud», disait le chef canadien dans son entrevue à La Presse, en faisant notamment référence à la pression policière. Le motard disait aussi ne plus tremper personnellement dans le crime, même s'il arbore toujours le logo «1 %», emblème des motards qui rejettent la loi.

Au printemps dernier, une quinzaine de membres et relations des Rock Machine ont été arrêtés dans une opération de la Sûreté du Québec contre un réseau de trafiquants de stupéfiants qui opéraient en Montérégie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer