Glen Crossley accusé d'homicide involontaire dans une autre affaire

Albert Arsenault, 70 ans, est mort le 18 septembre... (Photo La Presse)

Agrandir

Albert Arsenault, 70 ans, est mort le 18 septembre dernier après s'être fracassé le crâne dans l'escalier du bar Station 77, à LaSalle.

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de 30 ans après avoir heurté mortellement le champion nageur Victor Davis à la sortie d'une brasserie de Sainte-Anne-de-Bellevue, Glen Crossley est de retour devant la justice pour un drame relié à un autre incident dans un bar.

Le champion nageur Victor Davis a été happé... (Photo Robert Mailloux, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le champion nageur Victor Davis a été happé mortellement par Glen Crossley à la sortie d'une brasserie de Sainte-Anne-de-Bellevue en 1989.

Photo Robert Mailloux, archives La Presse

Crossley avait 19 ans quand il a percuté à mort le nageur Davis, âgé de 25 ans. Maintenant âgé de 46 ans, Crossley est accusé de l'homicide involontaire d'un résidant de LaSalle âgé de 70 ans, Albert Arsenault, qui est mort le 18 septembre dernier après s'être fracassé le crâne dans l'escalier du bar Station 77, à LaSalle. Au départ, l'affaire semblait attribuable à un accident. Mais une caméra vidéo raconterait une tout autre histoire, selon des membres de la famille du défunt.

« Mon frère a vu la vidéo. Il semble que Crossley était sur le party. Il a chargé mon père », a dit Rachel Arsenault, fille du défunt. Selon elle, son père, un homme avantageusement connu dans LaSalle, payait son dernier verre et s'apprêtait à partir du bar quand l'incident tragique est arrivé. 

« Je connais une fille qui a été témoin. Elle a tenu la main de mon père pour lui dire que tout allait bien aller. Il y avait plein de sang autour de lui. » - Rachel Arsenault, fille d'Albert Arsenault

Ce n'est que tout récemment qu'un mandat d'arrêt a été lancé contre Crossley. Informé de cela, l'homme s'est livré à la police, hier. Il doit comparaître aujourd'hui au palais de justice de Montréal, selon son avocat, Me Gilbert Frigon.

ATHLÈTE TUÉ À 25 ANS

M. Crossley avait été condamné à 10 mois de prison en 1992, après avoir été reconnu coupable de délit de fuite en lien avec la mort du champion olympique Victor Davis. 

Le drame était survenu 11 novembre 1989 sur le boulevard Sainte-Anne. Victor Davis sortait de la brasserie Belle-Vue, en compagnie de sa compagne et d'une amie. Celles-ci s'étaient fait draguer dans la brasserie par Crossley et ses deux amis. N'appréciant pas qu'ils continuent de flirter avec les deux femmes une fois hors de la brasserie, Davis s'était planté devant la Honda dans laquelle étaient montés les trois hommes.

Le nageur, qui tenait une bouteille d'Orangina, a été violemment percuté par la voiture. La Honda, conduite par Crossley, avait poursuivi son chemin sans s'arrêter. Crossley s'était présenté à la police 40 minutes plus tard pour dire qu'un voyou avait lancé une bouteille dans le pare-brise, qui était fracassé. Il assurait ne pas savoir qu'il avait heurté quelqu'un. Lors du procès, le juge n'avait pas cru cette version.

Victor Davis s'était illustré en gagnant plusieurs médailles, notamment l'or au 200 m lors des Jeux d'été de 1984 à Los Angeles, l'or et l'argent aux Championnats du monde en 1986, et l'argent au relais 4 x 100 m aux Jeux olympiques de Séoul, en 1988. Il venait de prendre sa retraite quand il a perdu la vie.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer