Meurtres de la «famille» Manson: une Montréalaise parmi les victimes?

Charles Manson, escorté par la police le 3... (Photo Harold Filan, archives AP)

Agrandir

Charles Manson, escorté par la police le 3 décembre 1969.

Photo Harold Filan, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Los Angeles

Le corps d'une femme poignardée 150 fois, retrouvé en 1969 près de l'endroit où ont eu lieu les meurtres commis par la «famille» Manson, était celui d'une Montréalaise de 19 ans, indique mercredi le magazine People.

En décembre dernier, la police de Los Angeles a finalement pu identifier la victime comme étant Reet Jurvetson, une Montréalaise qui s'était installée dans la métropole californienne en 1969, selon le magazine américain. La police a réussi à identifier Reet Jurvetson grâce à l'ADN, après que sa soeur Anne a vu sa photo sur le site de la police.

L'enquêteur Luis Rivera, de la police de Los Angeles, a indiqué au magazine qu'on n'exclut pas pour l'instant l'implication de la tristement célèbre «communauté Manson» dans ce meurtre.

Mais l'agent Rivera a précisé à La Presse Canadienne que rien ne relie pour l'instant de façon formelle le meurtre de Mme Jurvetson au clan Manson, sans toutefois exclure cette thèse. M. Rivera croit cependant que l'identification du corps permettra maintenant de relancer l'enquête.

Les policiers ont déjà interrogé Charles Manson en prison, sans grand succès. Ils tentent maintenant de retrouver un certain «John» ou «Jean», que Mme Jurvetson avait rencontré à Toronto avant d'aller le rejoindre à Los Angeles à l'été 1969, a indiqué la police.

Le corps de Mme Jurvetson avait été découvert le 16 novembre 1969 par un ornithologue amateur dans des broussailles près de la fameuse route pittoresque Mulholland Drive, sur les hauteurs de Los Angeles. La jeune victime avait été poignardée à 150 reprises et ne portait aucune pièce d'identité.

Selon l'enquêteur Rivera, le meurtre est l'oeuvre d'un maniaque ou le triste résultat d'une liaison amoureuse qui a mal tourné. L'endroit où le corps a été découvert et le moment du décès ont toujours alimenté les spéculations sur un éventuel lien avec les meurtres de la «famille» Manson.

La soeur de la victime, Anne Jurvetson, âgée de 73 ans, espère que la police pourra élucider ce crime irrésolu depuis 47 ans. Elle a dit au magazine People que sa soeur était une jeune femme «allumée et joyeuse», qui était partie pour Los Angeles après s'être éprise de «John». Dans une carte postale à sa famille, la victime écrivait alors qu'elle avait déniché un appartement et qu'elle était heureuse. Ses proches n'ont plus jamais entendu parler d'elle depuis.

Ses parents n'ont jamais signalé sa disparition parce qu'ils croyaient que Reet coulait des jours heureux quelque part et qu'elle se manifesterait un jour, a raconté Anne Jurvetson, qui a quand même fini par conclure que sa soeur était probablement morte.

«C'est tellement triste de ne jamais savoir, on se sent tellement impuissant, a-t-elle dit au magazine. Après toutes ces années, on doit maintenant faire face à une dure réalité: ma petite soeur a été sauvagement assassinée.»

Charles Manson avait fait les manchettes en 1969 à titre de chef d'une «communauté» de jeunes assassins, sa «famille», qui semait la terreur à Los Angeles. Manson a été reconnu coupable du meurtre de sept personnes, dont l'actrice Sharon Tate, enceinte, qui était la femme du réalisateur Roman Polanski.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer