Les victimes de la «veuve noire» redoutent sa libération

Melissa Ann Weeks, surnommée la veuve noire.... (Photo Vaughan Merchant, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Melissa Ann Weeks, surnommée la veuve noire.

Photo Vaughan Merchant, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
HALIFAX

Deux hommes qui ont été victimes d'une femme âgée surnommée la «veuve noire» craignent pour la sécurité du public après sa libération prochaine d'une prison de la Nouvelle-Écosse.

Melissa Ann Shepard, qui est maintenant octogénaire, avait été condamnée à 33 mois et dix jours de prison, en juin 2013, pour avoir administré une substance toxique à Fred Weeks, son mari de l'époque. Elle avait 76 ans lorsqu'elle a été accusée.

Elle doit sortir de prison le 20 mars, après le refus d'une demande de libération par la Commission des libérations conditionnelles, l'automne dernier.

M. Weeks espérait que son ancienne partenaire demeure loin de son comté.

Alex Strategos, qui a vécu brièvement avec Melissa Ann Shepard en Floride avant qu'elle soit accusée de l'avoir volé, a dit qu'il ne pensait pas qu'elle puisse être libérée sans aucune supervision.

Melissa Ann Shepard avait été reconnue coupable d'homicide involontaire en 1992 après la mort de son deuxième mari, Gordon Stewart, qu'elle avait drogué. La «veuve noire» l'avait aussi écrasé à deux reprises à l'aide d'un véhicule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer