Sergio Piccirilli demeure détenu

Sergio Piccirilli... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Sergio Piccirilli

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Sergio Piccirilli, 56 ans, reconnu coupable hier de gangstérisme, complot pour importation de précurseurs servant à la fabrication de speed, trafic de cocaïne et possession d'arme à la suite de son arrestation dans l'opération Cléopâtre en 2006, reste derrière les barreaux.

Piccirilli avait demandé hier à la juge Marie-Suzanne Lauzon de la Cour du Québec un délai avant d'être incarcéré, le temps de régler ses affaires. Mais après une nuit de réflexion, la magistrate a refusé ce matin. Les représentations sur sentence de Sergio Piccirilli, qui est passible d'une longue peine de pénitencier, auront lieu dans une semaine.

Au milieu des années 2000, Piccirilli s'était retrouvé au centre d'un conflit qui avait failli dégénérer en guerre ouverte entre les clans D'Amico et Rizzuto de la mafia. Il avait ensuite été arrêté dans le projet Cléopâtre, une enquête de l'Unité mixte de lutte au crime organisé (UMECO) autochtone de la GRC visant un réseau de trafiquants de drogues et d'armes basé notamment sur le territoire amérindien de Kanesatake. 

Piccirilli est un ami d'enfance de l'influent membre des Hells Angels Salvatore Cazzetta. Hier, la Couronne a déposé une photo de lui portant une veste des Devils Ghosts, un club supporteur des Hells Angels, ce qui n'a pas aidé sa cause.

Sergio Piccirilli a eu beau témoigner qu'il avait quitté le groupe de motards depuis longtemps, que cela faisait dix ans que la cause trainait et qu'il n'avait jamais fui la justice, la juge a confirmé son incarcération.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer