Exclusif

La GRC sacrifie le projet Condor

Le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a... (Archives PC)

Agrandir

Le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a déclaré en comité parlementaire l'automne dernier que des centaines d'enquêteurs additionnels seraient déplacés vers les unités antiterroristes, dans la foulée des menaces du groupe État islamique et des attentats contre des soldats canadiens au pays.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La lutte contre le terrorisme accapare de plus en plus de ressources policières et force la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à faire des choix déchirants: La Presse a appris que le corps policier abolit son très célébré projet Condor, une unité spéciale chargée de pourchasser les centaines de criminels fugitifs qui ont pris la clé des champs avant la fin de leur peine de prison.

L'idée derrière Condor était de retrouver les délinquants qui étaient sous la responsabilité des services correctionnels et qui étaient disparus dans la nature en cessant de se rapporter à leur maison de transition, ou qui avaient vu leur libération conditionnelle révoquée, mais qui refusaient de se rendre.

Depuis la création de cette unité spécialisée en partenariat avec le Service correctionnel du Canada en octobre 2007, la direction de la GRC ne manquait pas une occasion de célébrer ses nombreuses réussites sur diverses tribunes. Le projet Condor avait même sa case horaire réservée sur la chaîne télévisée Avis de recherche TV.

En moins de huit ans, le groupe d'enquêteurs avait réussi à retrouver environ 650 criminels en cavale: des assassins, des braqueurs de banque, des agresseurs sexuels, parfois même des bandits endurcis qui avaient recommencé à commettre des crimes dès qu'ils avaient réussi à échapper à la vigilance des autorités.

Les membres du groupe ne manquaient pas de pain sur la planche: le Service correctionnel du Canada a confirmé à La Presse la semaine dernière qu'au début de l'exercice financier 2014-2015, il y avait 444 délinquants en liberté illégale au Canada. De ce nombre, 327 étaient au large depuis plus de 90 jours.

La GRC met fin dès cette semaine aux activités du projet. «Cette décision fait suite à une révision en profondeur des services», explique la caporale Camille Habel, porte-parole du corps policier. Selon elle, la haute direction a décidé de «redéployer les enquêteurs de Condor vers d'autres projets majeurs».

Elle souligne que lorsqu'un délinquant se retrouve en liberté illégale, un mandat d'arrêt est lancé et peut être exécuté par toutes les organisations policières au Canada, pas seulement la GRC.

La direction ne précise pas où vont travailler les enquêteurs nouvellement libres, mais le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a déjà déclaré en comité parlementaire l'automne dernier que des centaines d'enquêteurs additionnels seraient déplacés vers les unités antiterroristes, dans la foulée des menaces du groupe État islamique et des attentats contre des soldats canadiens au pays. Témoignant à nouveau en mars dernier, il a reconnu que la charge de travail est grande et que la GRC a dû procéder à un «réalignement sans précédent de [ses] ressources pour répondre à cette menace».

«On le voit, ils retirent du monde de toutes les autres équipes ces temps-ci, même ceux qui travaillaient sur les dossiers qui étaient supposément des priorités l'an dernier», confirme une source policière.

Mais Stan Stapleton, président du Syndicat des employés du solliciteur général, qui représente les agents de libération conditionnelle en milieu carcéral, se dit tout de même déçu par l'abolition du projet Condor. «On trouve ça dommage que le gouvernement néglige la sécurité de la population comme ça. C'était un succès immense, probablement le meilleur programme de liaison entre le Service correctionnel et un corps policier», dit-il.

Quatre succès du projet Condor

2014 : Yves Groleau, braqueur de banques

Détenu spécialiste des hold-up qui s'était déjà fait connaître en braquant des banques lors de permissions de sortie de prison les fins de semaine, Yves Groleau avait pris le large alors qu'il résidait dans une maison de transition du Service correctionnel, en mars dernier. En moins d'une semaine, le quinquagénaire a été retrouvé dans un motel de l'ouest de Montréal et arrêté par le Groupe tactique d'intervention.

2013 : Jean-Pierre Duclos, meurtrier

Jean-Pierre Duclos, qui purgeait une peine de prison à vie depuis 1992 pour le meurtre d'une femme qui avait refusé ses avances, s'était enfui à l'occasion d'une visite à l'hôpital de Verdun, en 2013. Les enquêteurs du projet Condor l'ont retrouvé dans sa cachette à Magog peu après.

2012 : Pierre Ouellet, meurtrier

Pierre Ouellet, condamné à vie pour le meurtre d'un policier de Montréal, avait fui sa maison de transition le soir de l'Halloween 2012 et avait commis deux vols à main armée dans des commerces de Québec pendant sa cavale. L'homme aux lourds antécédents de vols, introduction par effraction, voies de fait avec lésion, séquestration, enlèvement et agression armée a finalement été retrouvé par la GRC à la station de métro Henri-Bourassa, à Montréal.

2009 : Jason Bégin-Tétreault, trafiquant de drogue

Après huit mois de cavale, Jason Bégin-Tétreault, 26 ans, est arrêté par les enquêteurs du projet Condor en août 2009. Il purgeait une peine pour trafic de drogue et avait vu sa libération conditionnelle révoquée, mais il était demeuré introuvable. C'était la deuxième fois que les enquêteurs du Condor retraçaient Bégin-Tétreault. La première fois, ils lui avaient mis la main au collet après 10 mois de recherches.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer