Le «roi du pot» avait son Judas

La poursuite souhaite une peine d'au moins 30... (Archives La Presse)

Agrandir

La poursuite souhaite une peine d'au moins 30 ans pour Jimmy Cournoyer.

Archives La Presse

Le Lavallois Jimmy Cournoyer, qui risque une lourde peine aux États-Unis et qui avait obtenu l'appui de Georges St-Pierre, a été trahi par l'un des membres de sa garde rapprochée. C'est ce que révèlent de nouveaux documents judiciaires déposés hier dans le district de l'État de New York, où le Québécois de 34 ans doit recevoir sa peine le 20 août.

Dans le document de 27 pages, qui décrit tout le parcours criminel de Cournoyer et résume la position de la poursuite, on apprend qu'un « proche associé et membre-clé de son organisation » a fait part aux autorités américaines de rencontres que Cournoyer a eues avec des membres haut placés du clan Rizzuto, et auxquelles il était également présent. 

Selon nos sources, ces rencontres auraient eu lieu principalement dans des cafés et clubs sociaux de Montréal. Après ces réunions, Cournoyer rappelait aux membres de son organisation « qu'il était appuyé par les Italiens », faisant ainsi référence à la mafia de Montréal. 

L'associé devenu témoin collaborateur a également confié aux enquêteurs américains que Cournoyer avait des liens avec des gens connus de la mafia montréalaise, incluant des soldats du clan Rizzuto, qui agissaient auprès de lui en tant que gardes du corps, chauffeurs ou hommes de main. L'un d'eux aurait été Giuseppe Fetta, une étoile montante de la mafia, qui a purgé une peine de prison après l'opération Colisée, a été victime d'une tentative de meurtre en décembre 2013 et a de nouveau été arrêté le mois dernier dans l'opération Clemenza, de la Gendarmerie royale du Canada.

La prison à vie

Selon les autorités américaines, entre 1998 et 2012, l'organisation de Cournoyer aurait trafiqué plus de 100 000 kg de marijuana, 83 kg de cocaïne et 60 000 pilules de MDMA sur le territoire américain, sans compter les centaines de milliers de dollars transportés ou blanchis. Après avoir connu des problèmes, Cournoyer a pu relancer son organisation en s'associant avec les Hells Angels et la mafia de Montréal. Cette dernière avait même envoyé un émissaire en Californie, Alessandro Taloni, qui recevait l'argent de l'organisation de Cournoyer et achetait auprès des cartels mexicains de la cocaïne destinée au marché montréalais. Taloni a été condamné à 10 ans de prison en mai.

Cournoyer, qui a plaidé coupable à 11 accusations il y a un an, demande la peine minimum, soit 20 ans, alors que la poursuite réclame la prison à vie. À moins d'avoir commis un meurtre, il est cependant rare qu'une peine à vie soit imposée aux États-Unis, mais la poursuite souhaite une peine d'au moins 30 ans. Après sa condamnation, Cournoyer, qui est passible également d'amendes totalisant 1 milliard de dollars, pourrait demander de purger sa peine au Canada, mais il devra recevoir l'approbation des autorités des deux pays concernés.

Le combattant Georges St-Pierre s'est retrouvé au coeur d'une tempête, à la fin du mois de juin, lorsqu'il a écrit une lettre demandant au juge d'être clément envers son ami Jimmy Cournoyer. St-Pierre s'est excusé publiquement par la suite.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer