Fillette défigurée par un pitbull: le propriétaire accusé au criminel

Le 20 septembre 2015, Vanessa Biron entrait au... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le 20 septembre 2015, Vanessa Biron entrait au parc Marquise, à Brossard, lorsqu'un pitbull l'a chargée et mordue au visage.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un an après que son pitbull ait défiguré la petite Vanessa Biron dans un parc de Brossard, le propriétaire de l'animal devra faire face à la justice en lien avec l'agression.

Karim Jean-Gilles, déjà condamné à 11 reprises dans le passé, a été formellement accusé de négligence criminelle le 3 novembre dernier. Hyacinth Parker, une femme qui partage la même adresse que lui, est elle aussi accusée en lien avec le même évènement.

La Couronne devra donc prouver que les deux individus ont montré «une insouciance déréglée ou téméraire à l'égard de la vie ou de la sécurité d'autrui» dans leur gestion du pitbull en cause.

Ils doivent tous les deux comparaitre mardi au palais de justice de Longueuil. L'information a d'abord été rapportée par le Journal de Montréal.

Le 20 septembre 2015, Vanessa Biron entrait au parc Marquise, à Brossard, lorsqu'un pitbull l'a chargée et mordue au visage. «Je croyais que ma fille était morte et que j'allais mourir avec elle», a ensuite rapporté sa mère Magdalena Biron dans les pages de La Presse.

Quelques heures plus tard, un médecin lui a dévoilé l'ampleur des dégâts : «On a appris d'un coup sec que Vanessa s'était fait arracher un nerf et resterait paralysée, a rapporté Mme Biron. Que sa glande salivaire et le canal de son oreille avaient été avalés. Qu'elle avait l'os de la mâchoire broyé et qu'on ne retrouverait peut-être pas tous les morceaux. Que les éclats d'os de son crâne auraient pu endommager sa matière grise... J'essayais de tout absorber. Mais j'avais juste le goût de me rouler par terre en petite boule.»

Il n'a pas été possible de nous entretenir avec M. Jean-Gilles. Hyacinth Parker, qui a répondu au domicile, a affirmé qu'elle n'avait aucun commentaire à formuler.

M. Jean-Gilles avait été arrêté dans la foulée de l'attaque, sans être immédiatement accusé. 

- Avec Marie-Claude Malboeuf

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer