Bruny Surin poursuit Puma pour des chaussures qui portent son nom

L'une des chaussures de la ligne « Cell Surin »... (Photo tirée de l'internet)

Agrandir

L'une des chaussures de la ligne « Cell Surin » commercialisée par Puma.

Photo tirée de l'internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le sprinteur québécois Bruny Surin s'attaque au fabricant d'articles de sport Puma, un important commanditaire d'athlètes aux Jeux de Rio, qu'il accuse de s'enrichir en commercialisant sans autorisation des chaussures qui portent son nom.

Bruny Surin affirme qu’il n’a jamais donné son... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Bruny Surin affirme qu’il n’a jamais donné son accord au fabricant Puma pour vendre des chaussures de course sous l’appellation « Cell Surin ».

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Surin, qui faisait partie de l'équipe canadienne du relais 4 x 100 m médaillée d'or aux Jeux d'Atlanta et qui possède maintenant sa propre collection de vêtements de sport commercialisée dans les magasins l'Aubainerie, affirme qu'il n'a jamais donné son accord au fabricant allemand pour vendre des chaussures de course sous l'appellation « Cell Surin ».

Dans une poursuite déposée au palais de justice de Montréal, l'avocat du sprinteur explique que Puma n'a communiqué avec l'athlète « ni avant ni après avoir développé et commercialisé Cell Surin ».

Il souligne que le mot « surin » n'existe pas dans la langue anglaise alors qu'en français, il n'existe que pour désigner un couteau ou un poignard. 

« Aucun nom commun "surin" ne fait référence, de près ou de loin, en français comme en anglais, au sport, à la rapidité, à la performance ou à d'autres mots ou concepts reliés à la course ou au sport », dit Bruny Surin.

« Le nom propre Surin fait quant à lui communément référence à la marque Bruny Surin », explique-t-il.

Il ajoute que l'utilisation du nom par Puma a « créé une confusion, laissant à croire que Surin endosse tant Puma que le produit qu'elle commercialise ». D'autant plus que la chaussure en question est commercialisée comme un modèle axé sur la vitesse, la spécialité de Surin, avec le slogan « Tu bouges vite ». Le sprinteur québécois a d'ailleurs été joint par des gens qui croyaient qu'il était associé à la mise en marché de cette chaussure.

Bruny Surin réclame pour l'instant 90 000 $ en dommages, mais se réserve le droit de revoir cette somme à la hausse si le procès au civil révèle que les ventes du modèle Cell Surin sont très importantes.

Au siège social canadien de Puma, la responsable des relations publiques a déclaré à La Presse que l'entreprise n'a aucun commentaire à faire pour le moment.

Puma commandite le détenteur actuel du record du 100 m, Usain Bolt, et d'autres coureurs qui sont à Rio et qui portent les couleurs de la Jamaïque, de Cuba, de la République dominicaine, de la Barbade, des Bahamas, de la Grenade et de la Suisse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer