Vito Rizzuto aurait voulu faire torturer Ducarme Joseph

Le parrain Vito Rizzuto est mort d'une maladie... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Le parrain Vito Rizzuto est mort d'une maladie à la fin de l'année 2013, mais il semble avoir laissé des volontés à accomplir pour venger le meurtre de son fils.

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est une nouvelle indication, s'il en fallait encore, que la vengeance d'un parrain peut être terrible : l'ancien chef de la mafia Vito Rizzuto aurait donné l'ordre à ses troupes de capturer vivant l'ancien chef de gang de rue Ducarme Joseph, afin de le torturer pour venger la mort de son fils, selon de nouveaux documents judiciaires.

Les documents, rendus publics hier à la suite des démarches d'avocats de plusieurs médias dont La Presse, relatent certaines informations parvenues aux oreilles des policiers dans le cadre de l'enquête Magot-Mastiff, qui a décapité le crime organisé montréalais le 19 novembre dernier.

Plusieurs accusés liés aux Hells Angels, à la mafia et aux gangs de rue sont en attente de procès dans ce dossier. Les allégations de l'Escouade régionale mixte de lutte contre le crime organisé de Montréal dans cette affaire n'ont pas encore été testées devant les tribunaux.

« Pour le faire souffrir »

Les documents reviennent sur le sort de Ducarme Joseph, ancien chef de gang du quartier Saint-Michel connu comme l'exécuteur de basses oeuvres de certains acteurs en périphérie du crime organisé. Joseph était soupçonné d'avoir participé à l'assassinat du fils de Vito Rizzuto, Nick Junior, abattu devant le bureau d'un de ses partenaires d'affaires de l'industrie de la construction en décembre 2009.

Vito Rizzuto est mort d'une maladie à la fin de l'année 2013, mais il semble avoir laissé des volontés à accomplir pour venger le meurtre de son fils.

En août 2014, Ducarme Joseph a été abattu de plusieurs balles dans le quartier Saint-Michel. Selon nos informations, quelqu'un aurait même pris soin de le défigurer avant d'abandonner sa dépouille.

Les documents de l'enquête Magot-Mastiff relatent qu'une source fiable a raconté aux policiers quelques jours plus tard que le meurtre du caïd était un « contrat des Italiens » et que « Vito [Rizzuto] le voulait vivant pour le faire souffrir ».

Selon cette même source, « environ dix équipes » de fiers-à-bras cherchaient Ducarme Joseph pour le compte de la mafia.

UNE AUTRE COMMANDE

Les documents de l'enquête reviennent par ailleurs sur un autre meurtre dans le milieu du crime organisé, celui de Gaétan Gosselin, beau-frère du caïd Raynald Desjardins.

Desjardins faisait partie d'un groupe qui avait tenté de prendre la tête de la mafia pendant que Vito Rizzuto purgeait une peine de prison aux États-Unis. Son beau-frère a été tué devant chez lui en janvier 2013, peu après la sortie de prison de Vito Rizzuto.

La police affirme avoir découvert que ce meurtre avait été lui aussi commandé par le clan Rizzuto.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer