Un associé des Hells Angels arrêté pour fraudes fiscales

Charles Huneault, 47 ans, alias Le grand Charles, est... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Charles Huneault, 47 ans, alias Le grand Charles, est considéré par la police comme une relation d'affaires des Hells Angels.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Un homme que la police dépeint comme un influent associé des Hells Angels est au nombre des 17 personnes visées ou arrêtées mercredi dans le démantèlement de ce qu'on croit être un réseau de fraudeurs envers Revenu Québec.

L'opération policière, qui est survenue le matin même de l'attentat de la colline du Parlement du Canada à Ottawa, est passée pratiquement inaperçue. Pourtant un nom important figure sur le tableau de chasse des policiers du Service des enquêtes sur la criminalité financière organisée de la Sûreté du Québec: Charles Huneault.

Huneault, 47 ans, alias Le grand Charles, est considéré par la police comme une relation d'affaires des Hells Angels. Il est très proche du membre en règle de la section de Sherbrooke, Guy Rodrigue, toujours recherché depuis l'opération SharQc en avril 2009.

Il fait face à sept accusations, dont gangstérisme et complot, dans la foulée de son arrestation lors de cette opération baptisée Hantise.

Mercredi, les enquêteurs ont frappé à plusieurs endroits, dont le Centre d'encaissement de chèques et de prêt d'argent Arylo-Malgraf, situé au 1555, boulevard des Laurentides à Laval, appartenant aux frères Gérard et Jean-François Thibault, également ciblés dans l'opération.

«On parle d'une organisation criminelle qui a élaboré un stratagème de fraude envers le gouvernement en permettant à des compagnies en défaut de se soustraire aux démarches de perception de Revenu Québec. D'importantes sommes d'argent étaient dissimulées en passant par un centre d'encaissement plutôt que par un compte bancaire. Rien n'apparaissait dans les registres comptables et dans les comptes des entreprises, et celles-ci pouvaient poursuivre leurs activités sans craindre les saisies ou blocages», explique le lieutenant Janick Lacoursière du SECFO.

Le policier estime que les suspects ont échangé une somme de quelque 190 millions en chèques durant l'enquête qui a duré deux ans. La fraude s'élèverait à au moins 23 millions. La SQ aurait ciblé plus de 1000 entreprises de construction, d'entretien et autres qui auraient bénéficié de ce stratagème, mais n'a retenu que les 320 plus importantes.

Un rabatteur

Selon nos sources, le rôle de Charles Huneault aurait été de trouver des clients à Arylo-Malgraf en échange d'un pourcentage. Pour ce faire, il aurait été secondé par une personne proche de Guy Rodrigue qui aurait elle aussi dirigé des clients vers Huneault et les frères Thibault, bénéficiant ainsi d'un retour en argent. Le retour de moins de 1 %, nous a-t-on dit, lui aurait été versé régulièrement et aurait dépassé les 150 000 $ en trois ans, ce qui laisse croire à des sources policières que le motard en cavale a pu profiter lui aussi du stratagème.

Selon d'autres informations, les prêteurs Roger Valiquette, assassiné en décembre 2013, et Normand Descoteaux, qui aurait utilisé une serveuse comme bouclier lors d'un attentat en juillet 2000, auraient également dirigé des clients au Centre d'encaissement de chèques Arylo-Malgraf durant l'enquête.

Charles Huneault n'a pas un casier judiciaire très chargé. On relève toutefois une procédure de menaces envers un policier en 2013, toujours en cours. Durant l'été 2006, un lieutenant de la mafia condamné après l'opération Colisée avait tiré des coups de feu sur sa Porsche garée sur le boulevard Saint-Laurent au cours d'une dispute.

Selon nos sources, Charles Huneault se déplace en véhicule de luxe, voyage régulièrement aux Bahamas, où il aurait un condo, et posséderait des salons de massage, clubs de danseuses, commerces de véhicules et d'autres entreprises légales.

Lui, les deux frères Thibault et d'autres individus arrêtés sont toujours détenus et subiront leur enquête sur remise en liberté le mois prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer