Coupables de s'en être pris à deux innocents

  ... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

  

Photo: Archives La Presse

Partager

Sur le même thème

La nuit du 4 mars 2011, un homme a été tabassé sans raison dans un bar. Peu de temps après, un automobiliste s'est fait tirer dessus alors qu'il attendait à un feu rouge. Les trois hommes accusés dans la foulée de cette affaire sont tous coupables, mais pas pareillement, a décrété la juge Hélène Morin, mardi.

Le procureur de la Couronne Martin Joly cherchait à faire condamner David Mervilus, 20 ans, Raynald Richard, 29 ans, et Russel Similome, 25 ans, coupables des mêmes accusations, au motif qu'ils étaient ensemble cette nuit-là, et qu'il s'agissait d'une aventure commune. Mais la preuve n'a pas convaincu la juge Morin. «Il se peut bien que la nuit du 4 mars, les accusés et un autre (qui a été jugé comme mineur) avaient l'intention commune de se livrer à des attaques sur de purs étrangers et qu'ils étaient pour s'entraider d'une façon ou de l'autre...», a signalé la juge. Mais elle a ajouté qu'elle n'avait pas la preuve qu'au moment de passer à l'acte, les accusés «avaient la même fin en tête.»

En bout de ligne, la juge a conclu que Mervilus était l'auteur principal de l'agression dans le bar Trix contre un étudiant de 25 ans, et que Raynald Richard était celui qui avait tiré sur un automobiliste à un feu rouge, sur le boulevard Pie 1X. La victime s'était calée dans son siège en voyant qu'un bras dans une voiture à côté de la sienne pointait une arme en sa direction. Cet heureux réflexe lui a permis de recevoir la balle dans un bras, plutôt que dans une partie plus vitale.

Le troisième accusé, Russel Similome, n'a pour sa part été déclaré coupable que de l'accusation de s'être trouvé dans une voiture où il y avait une arme. Détenu depuis deux ans et demi, il été condamné à une journée de prison, hier. Les représentations sur la peine des deux autres se tiendront le 19 novembre.

Les accusés sont connus de la police comme des membres des Blood Mafia Family, d'allégeance Rouge. Les victimes, qui n'avaient pas de lien avec aucun gang, portaient apparemment des vêtements bleus, couleur attribuée au clan ennemi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer