Exclusif

Publicités géantes: Ville-Marie demande le retrait des pancartes

Le groupe Atwill-Morin a conclu une entente avec... (Photo Ninon Pednault, La Presse)

Agrandir

Le groupe Atwill-Morin a conclu une entente avec Jaguar pour installer des publicités hautes de six étages devant le chic immeuble résidentiel Le Château. Ces réclames visent à payer une partie des travaux de maçonnerie de l'immeuble patrimonial, qui s'élèvent à plusieurs millions de dollars.

Photo Ninon Pednault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les gigantesques réclames publicitaires installées par un entrepreneur sur des échafaudages au centre-ville de Montréal sont illégales et devront être retirées, a tranché jeudi l'arrondissement de Ville-Marie.

Jeudi, La Presse révélait que le groupe Atwill-Morin a conclu une entente avec Jaguar pour installer des publicités hautes de six étages devant le chic immeuble résidentiel Le Château. Ces réclames visent à payer une partie des travaux de maçonnerie de l'immeuble patrimonial, qui s'élèvent à plusieurs millions de dollars.

Or, Atwill-Morin n'a pas demandé de permis avant d'installer ces affiches. Le groupe s'est fié à un article du règlement d'urbanisme pour justifier sa démarche. Une interprétation que ne partagent pas les hautes instances de l'arrondissement du centre-ville de Montréal.

« Notre réglementation d'urbanisme n'autorise pas ce genre d'enseigne dans le secteur où est situé l'immeuble Le Château, a indiqué hier Marc Labelle, directeur à la Direction de l'aménagement urbain et des services aux entreprises. Nous avons avisé l'entrepreneur ainsi que les représentants du Château d'enlever les enseignes publicitaires sur la propriété. »

Un porte-parole d'Atwill-Morin a répliqué que l'entreprise ne « cherchait pas la confrontation » avec l'arrondissement, mais maintient avoir « agi de bonne foi et de bon droit ».

Le groupe entend réclamer une rencontre avec l'arrondissement de Ville-Marie aujourd'hui. Selon les plans initiaux, les publicités de Jaguar devaient rester en place jusqu'à la fin de septembre, le temps que l'entreprise termine ses travaux de maçonnerie au Château.

«« Notre réglementation d'urbanisme n'autorise pas ce genre d'enseigne dans le secteur où est situé l'immeuble Le Château. »

- Marc Labelle, directeur à la Direction de l'aménagement urbain et des services aux entreprises»





publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer