Trois arrondissements s'opposent à la disparition des référendums

Les élus du Sud-Ouest et d'Outremont ont adopté... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les élus du Sud-Ouest et d'Outremont ont adopté cette semaine une résolution lors de la séance de leurs conseils d'arrondissement respectifs afin de dénoncer l'élimination des référendums à Montréal et Québec prévue dans le projet de loi pour étendre les pouvoirs des municipalités.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moins trois arrondissements montréalais s'opposent à l'abolition des référendums à Montréal prévue par le gouvernement. Si le projet de loi 122 confirme leur disparition, le Sud-Ouest s'engage même à les maintenir malgré tout pour les projets sur son territoire.

Les élus du Sud-Ouest et d'Outremont ont adopté cette semaine une résolution lors de la séance de leurs conseils d'arrondissement respectifs afin de dénoncer l'élimination des référendums à Montréal et Québec prévue dans le projet de loi pour étendre les pouvoirs des municipalités. Rosemont-La Petite-Patrie doit faire de même lors de sa prochaine séance, le 10 avril.

« Faire disparaître les référendums, c'est un non-sens », déplore le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais. Il estime que la possibilité offerte aux citoyens d'imposer un vote sur certains projets permet de les bonifier et non simplement de les bloquer.

L'élu croit que la disparition des référendums mènerait inévitablement à une moins grande consultation des citoyens, déjà que les consultations publiques laissent parfois à désirer, à son avis. « Les shows de chaises, où on fait une présentation PowerPoint puis on donne un micro aux gens pour poser des questions, ce n'est pas très convivial », dit-il.

LE VOTE CITOYEN MALGRÉ TOUT

Même si le gouvernement maintient l'abolition des référendums dans son projet de loi, Benoit Dorais prévient que le Sud-Ouest continuera malgré tout à recourir aux votes citoyens. « L'arrondissement va travailler à sa propre politique pour que les citoyens puissent continuer à avoir leur mot à dire », dit Benoit Dorais. L'élu reconnaît que la forme actuelle des référendums, où seuls les citoyens vivant dans certaines zones voisines des projets à l'étude, est imparfaite. Il compte ainsi adopter une formule plus représentative, qui reste à définir.

Le Sud-Ouest souligne également que Montréal dispose déjà d'un article à sa Charte qui lui permet d'aller de l'avant avec certaines questions malgré l'opposition citoyenne. L'arrondissement voisin de Verdun vient d'ailleurs d'invoquer cette disposition pour mettre fin à une démarche de référendum pour bloquer la construction d'une nouvelle école sur son territoire.

L'arrondissement note enfin que l'abolition des référendums pour Montréal et Québec surviendrait alors que la métropole accueillera une importante conférence de l'Organisation internationale de la démocratie participative.

Outremont, qui a été le théâtre d'un rare référendum en novembre dernier pour interdire de nouveaux lieux de culte dans l'avenue Bernard, s'est aussi opposé à la disparition des référendums. La conseillère Céline Forget a proposé que « la mesure soit retirée du projet de loi, de manière à ce que les citoyens et citoyennes puissent continuer à exercer démocratiquement leurs droits les plus stricts ». La motion a été adoptée à la majorité des voix.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer