Le président des cols bleus envisage la grève générale illimitée

«Si le gouvernement ne recule pas [sur les... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Si le gouvernement ne recule pas [sur les régimes de retraire], ce sera l'anarchie totale. Je ne retournerai plus jamais négocier [avec la Ville]. Ça ne donne absolument rien», a prévenu hier le président des cols bleus de Montréal, Michel Parent.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Jasmin Lavoie
La Presse

Les cols bleus de Montréal sont prêts à tout pour s'opposer au projet de loi 3 sur les régimes de retraite. S'il le faut, ils se rendront même jusqu'à la grève générale illimitée.

Réunis en assemblée plus tôt cet été, les membres du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal ont donné «carte blanche» à leur président Michel Parent, a appris La Presse.

Le président représente plus de 6500 employés manuels répartis dans les 16 villes de l'île.

«Il n'y a rien d'exclu, ça pourrait aller jusqu'à la grève générale illimitée. Oui, ma convention est réglée, mais si le gouvernement vient la défaire, elle n'est plus réglée», a affirmé Michel Parent.

Le président du syndicat fait référence à l'article 51 du projet de loi. La clause prévoit que les ententes conclues au cours des trois dernières années devront être renégociées.

La convention collective des cols bleus de Montréal a été signée il y a moins de deux ans. Elle est valide jusqu'en 2017.

Le Code du travail supprime le droit de grève lorsqu'une convention collective est en cours, «à moins que celle-ci ne comporte une clause de réouverture de la négociation sur certaines matières», peut-on lire sur le site du ministère du Travail. Michel Parent affirme que le projet de loi 3 annulerait son entente et qu'ainsi, il pourrait exercer son droit de grève.

Il est également outré par les propos du premier ministre du Québec. Dimanche, Philippe Couillard s'est montré résolu à faire adopter le projet de loi 3, estimant qu'il n'a «pas le droit de reculer».

«C'est dégueulasse, on est administrés par des bandits», accuse le leader syndical.

Le président de la Coalition syndicale pour la libre négociation, Marc Ranger, estime quant à lui que «les dés sont pipés depuis le début» dans le dossier des régimes de retraite. Il est donc très peu surpris de la position adoptée par le premier ministre québécois. L'homme, à la tête d'une coalition regroupant plus de 55 000 employés municipaux opposés au projet de loi 3, remet aussi en question les réelles intentions du gouvernement. «L'objectif est-il de stabiliser les régimes de retraite ou de faire un show de boucane?», lance-t-il.

Coderre demanderait une modification

Furieux, Michel Parent a écrit au maire de Montréal Denis Coderre pour le convaincre de militer contre l'article 51, qui annulerait la convention collective en vigueur des cols bleus.

Selon M. Parent, le maire demandera ce changement lors de son passage en commission parlementaire, le 20 août.

«Il m'a répondu qu'il va demander à ce que ceux qui ont des deals soient exclus de la loi.» Le cabinet du maire s'est limité à dire que les positions du maire seront connues «lors de l'ouverture de la commission».

Le représentant des cols bleus souhaite justement attendre le début de cette commission avant d'accentuer les moyens de pression. «Si le gouvernement ne recule pas, ce sera l'anarchie totale. Je ne retournerai plus jamais négocier [avec la Ville]. Ça ne donne absolument rien.» Il a ensuite ajouté que «l'objectif n'est pas de toucher à la population. Par contre, c'est la population qui a mis au pouvoir le gouvernement. Ça, c'est un élément qu'on ne peut pas effacer».

Le projet vise notamment un partage à parts égales des déficits passés, présents et futurs entre employés et municipalités.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer