Agrile du frêne: Montréal prévoit abattre 10 000 arbres

On voit clairement la galerie creusée dans le... (Photo fournie par Service d'élagage Boisvert)

Agrandir

On voit clairement la galerie creusée dans le tronc par l'agrile du frêne.

Photo fournie par Service d'élagage Boisvert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les millions qu'elle investira chaque année pour freiner l'agrile du frêne, la Ville de Montréal prévoit que l'insecte ravageur forcera l'abattage de 10 000 frênes sur rue, soit un de ces arbres sur cinq.

Le responsable montréalais de l'environnement, Réal Ménard, a fait le point ce matin sur la progression de l'agrile du frêne sur l'île de Montréal. L'insecte ravageur, qui n'a aucun prédateur naturel, a désormais été détecté dans 14 des 19 arrondissements de la métropole.

L'agrile a ainsi été détecté dans 149 frênes qui devront être abattus. En plus de ceux-ci, Montréal en coupera 983 autres situés dans un rayon de 300 mètres de ceux infestés, par prévention. Ils viendront s'ajouter aux 856 abattus à ce jour.

Pour freiner l'agrile du frêne, Réal Ménard a annoncé que Montréal investirait 3,4 millions en 2014, qui proviendra en partie du budget qui devait plutôt servir au verdissement de la métropole. Ce budget risque de devenir récurrent, a-t-il glissé, soulignant que l'infestation prend du temps à se développer et est difficile à contrôler.

L'agrile du frêne en chiffres

856
Frênes abattus à ce jour.
1159
Frênes qui devront être abattus en 2014.
3,4
Millions
Budget 2014 pour freiner l'agrile du frêne.
200 000
Évaluation du nombre de frênes sur l'île de Montréal.
44 529
Nombre de frênes sur rue, les autres se trouvant dans des parcs.

Les fonds permettront notamment de traiter de façon préventive environ 10% des frênes chaque année, les contraintes budgétaires empêchant d'en faire davantage. Le biopesticide utilisé étant efficace seulement pendant deux ans, cette pratique ne pourra pas protéger plus que le cinquième de ces arbres.

L'opposition juge le plan insuffisant. «C'est trop peu trop tard», dit Sylvain Ouellet, conseiller de Projet Montréal. Celui-ci craint surtout que les 10 000 frênes qui devront être abattus soient concentrés dans quelques secteurs. L'élu a rappelé que des études ont constaté une hausse des décès dans les secteurs où l'agrile du frêne a forcé l'abattage de la majorité des arbres.

Les deux arrondissements montréalais les plus touchés sont Rosemont-La Petite-Patrie -279 arbres abattus et 339 à couper- et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve -264 abattus et 301 à couper. À eux seuls, ils abritent 60% des arbres abattus ou à couper en 2014.

L'insecte n'a pas été détecté dans cinq arrondissements, mais Sylvain Ouellet est convaincu que ce n'est qu'une question de temps. Il a indiqué que plusieurs de ses voisins dans Villeray ont observé des arbres infestés alors que l'arrondissement dit ne pas encore l'avoir détecté.

Arrondissements où l'agrile du frêne n'a pas encore été détecté

>Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

>Sud-Ouest

>L'Île-Bizard-Ste-Geneviève

>Montréal-Nord

>Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer