Débat Munk: lumière sur de profondes divergences

Même si les affaires étrangères ont rarement influencé... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Même si les affaires étrangères ont rarement influencé le résultat des élections fédérales dans le passé, ce débat a donné lieu à des échanges vifs et percutants, souvent passionnés et parfois ponctués d'une pointe d'humour, en particulier de la part de Justin Trudeau.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le débat sur la politique étrangère qui a eu lieu lundi soir à Toronto a mis en lumière de profondes divergences entre le chef du Parti conservateur Stephen Harper, le chef du NPD Thomas Mulcair et le chef du Parti libéral Justin Trudeau sur des questions telles que la poursuite de la mission militaire en Irak et en Syrie, la crise des migrants, la lutte contre les changements climatiques, les relations canado-américaines ou encore les négociations visant à conclure de nouveaux traités de libre-échange.

Même si les affaires étrangères ont rarement influencé le résultat des élections fédérales dans le passé, ce quatrième débat de la campagne, organisé par l'Institut Munk dans les deux langues officielles devant 3000 personnes, a donné lieu à des échanges vifs et percutants, souvent passionnés et parfois ponctués d'une pointe d'humour, en particulier de la part de Justin Trudeau, qui a aussi évoqué pour la première fois durant les débats la mémoire de son père, Pierre Elliott Trudeau, décédé il y a 15 ans jour pour jour, lundi.

Dès le début

D'entrée de jeu, les divergences ont apparu sur la poursuite de la mission militaire en Irak et en Syrie ainsi que sur la réponse du Canada à la crise des migrants.

Le chef conservateur Stephen Harper a soutenu que le Canada a adopté une politique «généreuse et équilibrée» en proposant d'accueillir des réfugiés syriens tout en s'assurant qu'ils ne représentent pas un risque pour la sécurité du pays. Il a aussi plaidé pour la poursuite de la mission militaire en Irak et en Syrie contre le groupe armé État islamique, qui menace d'utiliser le territoire conquis dans cette région pour diriger des attaques terroristes contre des pays occidentaux, dont le Canada.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a indiqué que son parti ne peut appuyer une mission de combat qui n'est pas sanctionnée par l'ONU ou l'OTAN. Le Canada, a-t-il soutenu, doit se concentrer davantage sur l'aide humanitaire et déployer plus d'efforts pour accueillir plus de réfugiés. «Quand votre seul outil est un marteau, tous les problèmes ressemblent à des clous», a lancé M. Mulcair sur un ton mordant.

Le chef du Parti libéral Justin Trudeau a coupé la poire en deux en disant que le Canada doit former les troupes en Irak et en Syrie pour éliminer cette menace, comme il l'a fait en Afghanistan, et mettre les bouchées doubles pour faire entrer au pays plus de réfugiés. «M. Mulcair estime qu'on ne doit pas participer à ce combat. M. Harper, lui, il n'y pas une guerre au Proche-Orient à laquelle il n'aurait pas aimé envoyer des troupes, en commençant par la guerre en Irak de 2003 de George W. Bush. Envoyer des troupes occidentales n'est pas toujours la meilleure solution. Souvent, cela empire les choses.»

Aux attaques de ses adversaires, M. Harper a rétorqué: «On ne peut pas prétendre qu'il n'existe pas de risques pour la sécurité. [...] Un gouvernement doit agir de manière responsable. Il ne doit pas rechercher les manchettes dans les journaux.»

La relation Harper-Obama

En matière de relations canado-américaines, M. Harper s'est fait reprocher d'entretenir de mauvaises relations avec son homologue américain Barack Obama parce qu'il a fait de l'approbation du projet de construction du pipeline Keystone XL la pierre angulaire de sa politique étrangère aux États-Unis.

«M. Harper a perdu le respect de la Maison-Blanche», a affirmé Thomas Mulcair, déplorant que le chef conservateur eut affirmé aux États-Unis que le projet controversé était un «no-brainer».

«Le premier ministre n'aime pas le président Barack Obama», a lancé Justin Trudeau, alors que tout premier ministre, selon lui, doit soigner les relations du Canada avec son voisin du Sud.

«Tout cela est une invention. Le Canada entretient de bonnes relations avec les États-Unis», a dit M. Harper. Il a soutenu que le Canada et les États-Unis luttent ensemble contre le groupe armé État islamique, collaborent au sein de l'OTAN et ont lutté ensemble notamment contre la propagation du virus Ebola en Afrique.

La Loi antiterroriste adoptée par le gouvernement Harper avec l'appui des libéraux au printemps, a provoqué des étincelles entre Justin Trudeau et Thomas Mulcair.

M. Mulcair a relevé le fait que le NPD avait été le seul parti à s'opposer à cette loi qui, selon lui, brime les droits et libertés, selon lui. Il a également rappelé que le NPD s'était aussi opposé à la décision de gouvernement de Pierre Trudeau de recourir à la Loi sur les mesures de guerre pour mater le FLQ. Cette attaque a piqué au vif M. Trudeau.

«Durant la campagne, ces deux hommes (MM. Mulcair et Harper) ont attaqué mon père à un moment ou l'autre. Permettez-moi de dire clairement que je suis très fier d'être le fils de Pierre Elliott Trudeau. [...] Quand on parle de l'héritage de mon père, la première chose à souligner est la Charte des droits et libertés qui définit le Canada comme un pays qui défend les libertés individuelles même quand un gouvernement veut les bafouer. Le multiculturalisme, qui a fait du Canada un pays plus fort en raison de sa diversité. Et le bilinguisme, comme mon père me l'a montré, signifie aussi que l'on peut dire la même chose en français et en anglais!»

*** 

L'institut Munk

L'institut Munk est un organisme fondé en 2008 qui a pignon sur rue à Toronto et qui a organisé des débats sur les affaires étrangères au moins deux fois par année. Cette organisation a été fondée par Peter Munk et Melanie Munk.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le NPD perd de la vitesse

    Élections fédérales

    Le NPD perd de la vitesse

    Le Nouveau Parti démocratique (NPD) est en perte de vitesse, particulièrement au Québec, selon un sondage qui laisse croire lundi à un important... »

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer