Harper: les Canadiens veulent parler d'économie, pas de Duffy

Stephen Harper... (Photo Sean Kilpatrick, PC)

Agrandir

Stephen Harper

Photo Sean Kilpatrick, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Les Canadiens sont moins intéressés à entendre parler d'un vieux scandale sénatorial que des deux piliers de la campagne conservatrice, soit l'économie et la sécurité. C'est du moins le pari que fait - et qu'espère remporter - Stephen Harper.

Le procès du sénateur Mike Duffy force le chef conservateur à demeurer scrupuleusement concentré sur son message, ce qu'il a continué à faire lundi, y allant d'un nouvel engagement électoral en matière de sécurité. Il a promis de renforcer la Réserve des Forces armées canadiennes.

En marge de cette annonce, M. Harper a été mitraillé de questions sur les révélations qui font surface avec le témoignage de son ancien chef de cabinet Nigel Wright. Et comme il le fait depuis la semaine passée, il continue à esquiver les questions des journalistes ou à en «refuser la prémisse».

Car l'affaire Duffy «remonte à plus de deux ans», et «je pense que les Canadiens peuvent voir» que les conservateurs ont agi pour faire en sorte que les personnes impliquées «ont été tenues responsables de leurs actions», a-t-il plaidé en point de presse au Nouveau-Brunswick.

«Ce qui va être important pour les Canadiens, à long terme, ce sera l'économie de notre pays et l'avenir de la sécurité nationale. Ce sont les deux enjeux de la campagne, et le Parti conservateur est (...) le seul à avoir des réponses pour ces grands enjeux», a insisté M. Harper.

Si le chef conservateur n'a pas dérogé de son plan de campagne, on peut en dire autant de ses adversaires Thomas Mulcair, du Nouveau Parti démocratique (NPD), et Justin Trudeau, du Parti libéral du Canada (PLC), qui maintiennent la pression.

De passage dans la grande région de Toronto, le chef libéral a reproché à Stephen Harper de cautionner des gestes d'une éthique discutable en faisant campagne avec des membres de son entourage ayant participé à la tentative de camoufler l'affaire Duffy.

Ce comportement «illustre vraiment que M. Harper n'a pas beaucoup de respect pour l'intégrité de la fonction qu'il occupe et même face à l'intelligence des Canadiens», a suggéré M. Trudeau, selon qui le premier ministre sortant doit rendre des comptes à la population.

«Il ne croit pas que l'ouverture, la transparence, la redevabilité (sont) assez importantes, il fait fi des préoccupations et des questions légitimes des Canadiens», a-t-il déploré en marge de son allocution.

Pour son adversaire néo-démocrate, qui se trouvait aussi en Ontario en ce jour 16 de la campagne, il est «évident» que M. Harper «est en train de dire une chose et son contraire», et qu'il est donc impossible de réconcilier les deux.

«Les Canadiens méritent mieux. Et c'est évident, d'après les courriels qui ont été déposés en cour la semaine dernière, que M. Harper n'a tout simplement pas dit la vérité aux Canadiens», a tranché M. Mulcair en marge d'une annonce sur la promotion du tourisme.

Il a promis qu'un gouvernement du NPD injecterait 30 millions $ sur trois ans pour appuyer la campagne «Accueillir l'Amérique» de Destination Canada, qui vise à attirer davantage de touristes américains, et ainsi «réparer les dommages causés» par des compressions imposées par M. Harper.

«Le nombre de visiteurs américains au Canada a chuté de 4,6 millions en 12 ans. (...) Nous allons attirer jusqu'à 4,7 millions de touristes américains de plus», a exposé M. Mulcair en point de presse du côté de Niagara Falls, à un jet de pierre de la frontière avec les États-Unis.

C'était la deuxième promesse électorale que formulait le chef néo-démocrate depuis le début de la campagne électorale.

À titre comparatif, son adversaire conservateur a pris neuf engagements, et le chef du PLC, un seul - mais il s'agit d'une promesse majeure d'investissement en éducation pour les Premières Nations.

Lundi, Justin Trudeau a de nouveau fait la promotion d'un pan important du plan fiscal libéral, qui passe notamment par une baisse d'impôt pour la classe moyenne et une allocation mensuelle pour enfants libre d'impôt. Il en a fait la présentation dans une résidence familiale d'Ajax, en Ontario.

En soirée, le leader du PLC doit participer à un rassemblement partisan aux côtés de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, dont la guerre de mots avec Stephen Harper s'est intensifiée depuis le début de la campagne électorale.

Il n'a pas voulu dire si la présence de cette dernière pourrait lui nuire auprès de l'électorat ontarien - le gouvernement de Mme Wynne a mis de l'avant des politiques ne faisant pas l'unanimité, dont le projet de Régime de retraite de la province de l'Ontario et la vente partielle de Hydro One.

M. Trudeau a plutôt fait valoir qu'il était fier d'avoir une approche collaborative avec les premiers ministres provinciaux.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer