Magnotta coupable

Luka Rocco Magnotta... (Photo fournie par le SPVM)

Agrandir

Luka Rocco Magnotta

Photo fournie par le SPVM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Procès Magnotta

Actualité

Procès Magnotta

Luka Rocco Magnotta, âgé 29 ans, a été l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent dans l'histoire du SPVM. Il fait face à cinq chefs d'accusation graves, notamment de meurtre prémédité, relativement à l'assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois. »

Au huitième jour de ses délibérations, le jury a déclaré Luka Rocco Magnotta coupable d'avoir tué Lin Jun avec préméditation, et l'avoir démembré, le 25 mai 2012.

Il est aussi déclaré coupable des autres accusations, soit fabrication de matériel obscène, utilisation de la poste pour distribuer du matériel obscène et harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper et les membres du Parlement.

Manifestement, le jury n'a pas retenu la défense de troubles mentaux qui empêchait M. Magnotta de distinguer le bien du mal. L'homme de 32 ans écope la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Luka Rocco Magnotta a seulement baissé les yeux au moment où le verdict a été prononcé. 

Admission

Dès le début du procès, M. Magnotta avait admis avoir fait les gestes «physiques» qu'on lui reprochait dans les cinq accusations, soit avoir tué Lin Jun, l'avoir démembré, fabriqué et distribué du matériel obscène (la vidéo montrant le démembrement), utilisé la poste pour envoyer du matériel obscène (les mains et les pieds qu'il a envoyés à des partis politiques à Ottawa et à des écoles de Vancouver), et harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper et les membres du Parlement (les notes jointes aux envois macabres.) M. Magnotta soutenait cependant qu'il n'était pas en mesure de distinguer le bien du mal parce qu'il était en psychose, induite par la schizophrénie qui l'affecte depuis le début de son âge adulte.

Pas malade

La Couronne soutenait de son côté, que M. Magnotta n'était pas si malade, qu'il avait plutôt un trouble de la personnalité axé vers le sadisme et l'histrionisme, mais que ça ne l'empêchait pas de distinguer le bien du mal. La Couronne plaidait que M. Magnotta avait planifié de tuer un humain depuis au moins six mois et qu'il avait choisi Lin Jun, victime parfaite puisque l'étudiant chinois n'avait pas de famille au Canada.

Rencontre

Selon la preuve présentée au jury, M. Magnotta et Lin Jun étaient entrés en contact par le biais d'un site d'annonces gaies. Ils se sont donné rendez-vous le soir du 24 mai 2012 pour avoir une relation sexuelle impliquant possiblement le bondage. Ils se sont rendus à l'appartement de M. Magnotta, qui habitait un petit meublé d'une pièce et demie au 5720, boulevard Décarie. Les caméras de surveillance de l'immeuble démontrent qu'ils sont arrivés ensemble à 22 h 16. Lin Jun portait un bermuda blanc carrelé avec un chandail jaune et une casquette noire et blanche. Moins de quatre heures plus tard, Magnotta est sorti seul de l'immeuble. Il portait la casquette et le chandail de Lin Jun. C'en était probablement déjà fini de l'étudiant chinois. Magnotta a sectionné le cadavre en dix parties, s'est adonné à des actes sexuels avec le cadavre, tout en filmant certaines scènes. Il a impliqué son chiot dans une scène de cannibalisme. Avec les images, il a fait une vidéo qu'il a intitulée One Lunatic One Ice-Pik et l'a mise en ligne. 

Effacer les traces

Dans la nuit et la journée du 25 mai, il a fait plusieurs voyages au sous-sol pour jeter des choses ensanglantées dans les grosses poubelles communes. Il s'est débarrassé de presque toutes ses possessions et a jeté les bras et les jambes de la victime dans des sacs à ordures. Il a fait la même chose avec son chiot, qu'il a tué auparavant, sans doute en le noyant.

Il a acheté des draps neufs pour camoufler le sang qu'il n'était pas parvenu à nettoyer sur le lit. Il s'est procuré une valise dans laquelle il a mis le tronc. Il a expédié les mains et les pieds à des partis politiques à Ottawa et à des écoles de Vancouver.

Le matin du 26 mai, il est allé porter la tête de Lin Jun au parc Angrignon. Le soir, il s'est envolé pour Paris. Rendu là, il a utilisé une fausse identité. Après la découverte du corps, le 29 mai, M. Magnotta a fait l'objet d'une chasse à l'homme à l'échelle internationale.

Le 31 mai, il a quitté Paris pour se rendre à Berlin en autocar. Il était attendu par Frank Rupert, un correspondant d'un site de rencontres gaies. M. Magnotta est resté chez M. Rupert jusqu'à son arrestation, le 4 juin, dans un café de Berlin.

M. Magnotta a été rapatrié au Canada le 18 juin.

Il était représenté par Me Luc Leclair, tandis que c'est Me Louis Bouthillier qui officiait pour la Couronne. Le juge Guy Cournoyer présidait le procès.

Le procureur est content et peu surpris de la longueur du délibéré

Le procureur de la Couronne Louis Bouthillier est content du verdict et n'est pas impressionné que le jury l'ait rendu seulement au huitième jour de ses délibérations. 

«Le fait qu'il y avait cinq accusations, au-delà de 150 exhibits, et des expertises psychiatriques de 125 pages qu'il fallait lire, un procès de onze semaines. Un délibéré de 7 ou 8 jours n'est pas particulièrement impressionnant», a fait valoir Me Bouthillier, lors d'un point de presse après le verdict.     

Le procureur estime que le jury a travaillé fort. «Ils ont été séquestrés pendant huit jours à la veille de Noël, cela n'a pas dû être facile, mais on avait confiance que la preuve réussirait à les convaincre», a-t-il dit.

Le verdict est tombé à 11h14 ce matin. M. Magnotta n'a manifesté aucune émotion, il a simplement baissé les yeux lorsque le juré numéro 9 a prononcé le mot «guilty», au premier chef d'accusation. Le juré a répété le même mot pour les 4 autres accusations par la suite.

Cet après-midi, les parties se revoient car Me Luc Leclair, avocat de M. Magnotta voulait prendre du temps pour réagir au fait que la Couronne demande la peine maximale pour chacune des quatre autres accusations.

Live Blog Procès Magnotta
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer