Magnotta ne jouait pas la comédie, persiste le Dr Barth

Le Dr Thomas Barth... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Le Dr Thomas Barth

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Procès Magnotta

Actualité

Procès Magnotta

Luka Rocco Magnotta, âgé 29 ans, a été l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent dans l'histoire du SPVM. Il fait face à cinq chefs d'accusation graves, notamment de meurtre prémédité, relativement à l'assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois. »

Sur le même thème

Sous les questions incisives de la Couronne suggérant que Luka Rocco Magnotta était un manipulateur, le psychiatre allemand Thomas Barth a gardé le cap. L'accusé traversait un grave épisode psychotique et souffrait vraiment, quand il l'a traité à Berlin, en juin 2012.

C'est ce qui se dégage du contre-interrogatoire du Dr Barth, mercredi, au procès de Magnotta.

Le médecin de 45 ans, expert en psychiatrie légale, n'a été en contact avec Magnotta que pendant une semaine, alors qu'il se trouvait dans l'aile psychiatrique d'une prison de Berlin, entre le 11 et le 18 juin 2012. C'est insuffisant pour poser un diagnostic de schizophrénie paranoïde, admet le Dr Barth, mais c'est assez pour se rendre compte si un patient simule les symptômes psychotiques.

Magnotta ne manifestait pas d'émotion, disait entendre des voix, se sentait épié, avait peur, sautait du coq à l'âne dans son récit, et se montrait coopératif. Le psychiatre lui accorde même une note de 10 sur 10 pour sa coopération.

Louis Bouthillier, procureur de la Couronne, a relevé le fait que Magnotta ne voulait pas parler de certains sujets. Le Dr Barth a rétorqué que Magnotta n'avait pas dit qu'il ne voulait pas parler de ça, mais il changeait de sujet. Deux mois avant le meurtre de Lin Jun, Manotta avait consulté un psychiatre à l'Hôpital général juif de Montréal. Il n'avait pas parlé de schizophrénie. Le Dr Bouthillier a aussi sorti un rapport émanant de l'hôpital Mount-Sinaï, à Miami, daté de janvier 2011. Magnotta a nié avoir des antécédents psychiatriques et des hallucinations, et avait reçu son congé en moins de 48 heures.

«Je ne suis pas surpris, a répondu Dr Barth. Les patients schizophrènes se sentent stigmatisés et n'aiment pas parler de leurs problèmes, ils peuvent cacher leurs antécédents.»

Live Blog Procès de Luka Rocco Magnotta
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer