Un grutier face aux «supermatamores»

Le chantier du nouveau pont Champlain pendant la... (Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse)

Agrandir

Le chantier du nouveau pont Champlain pendant la grève illégale des grutiers, le mois dernier

Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Alors qu'un face-à-face entre la ministre du Travail et le syndicat des grutiers de la FTQ se déroule aujourd'hui pour discuter de l'enjeu qui a déclenché la grève illégale de juin, un de ces ouvriers spécialisés lève le voile sur le climat violent que des « supermatamores » font régner sur les chantiers pour maintenir leur lucratif monopole du métier.

Manifestation de grutiers au centre-ville de Montréal, le... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Manifestation de grutiers au centre-ville de Montréal, le 5 mai dernier

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

« On va le traquer l'osti... jusqu'à la fin de ses jours. » « Fuck that, on le pend... dans sa classe devant ses moineaux en formation. »

Philippe Guérin, 28 ans et 15 000 heures d'expérience sur des grues et camions-flèches, dit avoir « goûté à la sauce syndicale » en mai dernier. « Osti de vendu », « criss de pourri sale », un « vrai rat d'égout », « tic-tac, tic-tac, ton heure a sonné » : pendant quatre jours, son fil Facebook a été inondé de plus de 140 commentaires agressifs écrits par des camarades grutiers, profondément en colère contre lui.

« Ces gars-là sont des supermatamores. Ils ont tellement démoli ma qualité de vie que j'avais comme une boule à l'intérieur. J'étais vraiment mal », raconte le jeune grutier, qui a porté plainte à la Sûreté du Québec, par crainte que les menaces de ses confrères se concrétisent.

Qu'est-ce qui a pu lui valoir une telle haine ? « J'ai contrevenu à un mot d'ordre des grutiers en offrant mes services pour donner de la formation à des non-grutiers », résume M. Guérin.

Appelé à commenter, le directeur de l'Union des opérateurs grutiers (section locale 791G de la FTQ-Construction), Evans Dupuis, reconnaît avoir demandé à ses membres de s'abstenir de donner une telle formation dans une lettre faisant appel à leur « loyauté envers le métier ». « Mais je n'ai pas le contrôle sur ce qui se dit sur Facebook. Moi, j'ai juste sensibilisé les membres au fait qu'on ne peut pas s'improviser enseignant », assure-t-il.

UN ENJEU DÉBATTU DEPUIS 30 ANS

Pour comprendre l'ampleur de l'affront syndical de M. Guérin, il faut revenir près de 30 ans en arrière, au début des années 90. À cette époque, aucun moyen n'existait pour devenir grutier sans avoir de connexions dans le milieu, indiquent plusieurs sources syndicales et patronales qui ont suivi le dossier au fil des années. Après une série d'accidents mortels survenus sur des chantiers, la CSST a exigé qu'un cours sur l'utilisation sécuritaire des grues soit donné à tous les grutiers, puis une formation professionnelle de 870 heures (DEP) a fini par être mise sur pied en 1998, créant un cheminement scolaire plus classique pour former cette main-d'oeuvre spécialisée.

Mais comme tous les corps de métier de la construction, celui de grutier est susceptible de subir des pénuries de main-d'oeuvre. La Commission de la construction du Québec (CCQ) et les représentants de l'industrie ont donc cherché pendant des années à « ouvrir le bassin » pour permettre à des non-grutiers d'apprendre le métier par compagnonnage, plutôt que par le cheminement scolaire, lorsque le nombre de grutiers disponibles chute sous les 5 %. L'industrie voulait aussi mettre fin au monopole des grutiers sur l'opération de camions-flèches, un type d'équipement de plus en plus populaire chez les entrepreneurs, en permettant à des travailleurs non spécialisés de manoeuvrer ces appareils de façon limitée pour hisser leurs matériaux en hauteur.

Évoquant des risques d'accident de travail dus à une formation bâclée, l'Union des opérateurs grutiers (section locale 791-G, affiliée à la FTQ) a bloqué toutes les propositions présentées dans des comités consultatifs paritaires de la CCQ, composés de patrons et de travailleurs.

Diane Lemieux, PDG de la Commission de la construction, garde un mauvais souvenir de ces consultations avec les représentants du 791G-FTQ : « Ce sont des gens, malheureusement, qui sont en général assez désagréables. Ils arrivent en force dans les réunions, peuvent se mettre à crier après le monde, sont déplaisants, irrespectueux. Ce ne sont jamais des rencontres agréables, parce qu'ils sont toujours dans le plafond. Ils ont utilisé toutes les mesures dilatoires possibles pour empêcher le dossier d'avancer », dit-elle.

L'autre grand syndicat de grutiers, l'Union internationale des opérateurs-ingénieurs (section locale 905 du Conseil provincial des métiers de la construction), moins radical, a montré une certaine ouverture à ces changements, mais s'est aussi opposé au principe pour des raisons de sécurité. « Il ne faut jamais oublier que les grutiers ont la vie d'autres travailleurs entre les mains. Comprendre les notions de charges ne s'apprend pas sur le tas. On ne peut pas prendre de risque avec ça », plaide le gérant du syndicat, Gilles Larivière.

En mai dernier, après des dizaines de rencontres infructueuses, la Commission de la construction a néanmoins décidé d'aller de l'avant en créant les deux nouveaux programmes de formation qui sont au coeur de la grève illégale démarrée le mois dernier. Ces cursus, validés par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), permettront à des non-grutiers d'accéder au métier après un cours de 80 à 150 heures et un apprentissage nécessitant jusqu'à 4000 heures de travail supervisé sur le terrain.

UN MONOPOLE PAYANT

Convaincu de la qualité du programme, Philippe Guérin s'est donc offert pour donner la formation aux non-grutiers. L'information s'est vite propagée parmi ses camarades de métier. « Le mot d'ordre syndical, c'était qu'aucun confrère ne devait pas se manifester. Alors ils m'ont poivré », dit-il. La Commission de la construction du Québec dit enquêter sur une vingtaine d'autres plaintes d'intimidation semblables, impliquant des grutiers qui s'en sont pris à des confrères. « Certains ont reçu de textos de menaces, d'autres ont été suivis et photographiés ou se sont fait coller des autocollants "En grève" sur leur véhicule parce qu'ils ont refusé de faire la grève », affirme Diane Lemieux.

« Ces gars-là évoquent des motifs de sécurité pour justifier leur opposition au nouveau règlement, mais ce n'est pas ça qu'ils défendent en réalité », estime Philippe Guérin. Comme plusieurs représentants de l'industrie qui ont parlé à La Presse sous le couvert de l'anonymat ces dernières semaines, M. Guérin soutient que les grutiers cherchent surtout à protéger leur monopole du métier, afin de garder les salaires élevés grâce à une pénurie artificielle.

« En haut de la liste, le salaire à temps plein d'un grutier est de 160 000 $. Sur les gros chantiers lucratifs où il y a beaucoup d'heures supplémentaires, comme les projets d'éoliennes, où les gars travaillent 6 ou 7 jours d'affilée pendant 16 heures, certains ont fait jusqu'à 260 000 $. Moi, à temps partiel, j'ai gagné 100 000 $ en travaillant 1200 heures par année », a-t-il affirmé en entrevue (M. Guérin a tenu à préciser ce matin, après la publication de ce texte, que le montant est plutôt de 60 000 $ pour 1200 heures de travail).

UNE OMERTÀ SUR LA QUESTION

Plusieurs entrepreneurs et associations industrielles de la construction joints par La Presse ces dernières semaines affirment que la nature du travail de grutier leur permet de conserver assez facilement cet avantage. La plupart ont cependant refusé d'en discuter publiquement.

« On est toujours un peu inquiets d'en parler ouvertement, parce que la peur des représailles est toujours présente », reconnaît François Voisine, directeur des ressources humaines chez Toiture Couture, une entreprise qui possède deux camions-flèches. « Si, un matin, je n'ai pas de grue en ouvrant mon chantier, je ne peux juste pas avancer. Mon matériel reste au sol et mon équipe est payée à rien faire. C'est facile, ils vont sur le chantier, et ils disent : "Non, personne ne travaille", et c'est réglé. Ta journée est foutue. Heureusement, une telle situation ne nous est jamais arrivée », tient-il à préciser.

« JOB STRATÉGIQUE » SUR LES CHANTIERS

Les grutiers représentent environ 1800 personnes sur 175 000 travailleurs de la construction. « Ils sont peu nombreux, mais ils ont une job stratégique sur un chantier : s'ils bougent, ça fonctionne, s'ils ne bougent pas, il ne se passe rien », résume Diane Lemieux.

Une source syndicale qui a requis l'anonymat ajoute que les entreprises de location de grues ont elles aussi avantage à ce que le monopole des grutiers soit maintenu, puisque cela leur permet de limiter la concurrence et de garder leurs prix plus élevés. Deux des plus importantes entreprises de location de grues au Québec - Grues Guay et Grues JM Francoeur - sont d'ailleurs officiellement partenaires de l'Union des opérateurs grutiers (791G-FTQ) dans la contestation du nouveau règlement sur la formation de la main-d'oeuvre devant la Cour supérieure.

« Le monde des grutiers est tricoté serré », lance Diane Lemieux, qui voit une proximité malsaine dans cette situation. « Quand des représentants syndicaux et patronaux sont proches à ce point-là, soit ils sont vraiment solidaires sur le fond, soit il y a de la collusion. Je suis obligée de trouver ça louche », dit-elle.

Cette affirmation est vivement contestée par le président de Grues JM Francoeur, Éric Francoeur, et par le directeur des opérations de Grues Guay, Michel Riverain, qui disent être au total 18 entrepreneurs à s'opposer au règlement, qu'ils jugent fondamentalement dangereux. « Des allégations comme celle-là sont sans fondement. Le mot "collusion" n'est pas à prendre à la légère et Mme Lemieux s'expose à des poursuites en l'utilisant », prévient Éric Francoeur.

« Si nous sommes solidaires avec le syndicat des grutiers dans ce dossier, c'est parce que le fondement de la contestation judiciaire est juste. Alors qu'un étudiant qui a pratiquement 900 heures de formation n'a même pas le droit d'opérer un camion-flèche, la CCQ vient de créer une situation où des travailleurs non spécialisés peuvent le faire avec seulement 80 heures de formation. C'est une aberration », affirme M. Francoeur.

« Il n'y a pas de collusion là. La guerre commerciale entre nous et Grues Guay n'a jamais été aussi intense. On a poursuivi le syndicat 791-G devant les tribunaux dans d'autres dossiers. Mais pour cette question de sécurité, nous sommes tous solidaires, parce que lorsqu'un accident de grue survient, c'est toujours un problème de formation qui en est la cause », ajoute-t-il.

TYPIQUE DES MÉTIERS INTERMITTENTS

Aux yeux du professeur de relations industrielles Pierre-Luc Bilodeau, de l'Université Laval, il ne fait pas de doute que les grutiers « sont dans une position de force sur les chantiers », mais cette situation est loin d'être unique à leur métier. « Comme tous les emplois intermittents de la construction, avant même de parler de salaire et de vacances, ces travailleurs cherchent d'abord à protéger leurs compétences », parce que c'est la seule chose qui leur garantit une certaine stabilité. « Quand on retire toute forme de barrière, on fragilise une sécurité d'emploi qui est déjà précaire, et cela crée énormément de frustration », dit-il.

Mais pour le grutier Philippe Guérin, cette frustration est allée un cran trop loin quand ses camarades grutiers ont lancé une campagne de dénigrement en ligne contre son entreprise InfactUS, une sorte de LinkedIn du monde de la construction qu'il développe pour aider les travailleurs à trouver de l'emploi. « Ils ont visé mon bébé, sur lequel je travaille à la sueur de mon front avec plein d'autres gens qui n'ont pas rapport avec le combat des grutiers. Je me suis senti lésé et c'est pour ça que je les dénonce, explique-t-il. Individuellement, ces gars-là sont tous des maudits bons diables, mais en gang, ils n'agissent pas de façon rationnelle. »




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer