Un bar de danseuses offre à ses clients de choisir une «fugueuse»

Contacté par La Presse, Kevin Bertrand, fils du... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Contacté par La Presse, Kevin Bertrand, fils du propriétaire du bar O'Gascon, a dit que l'établissement n'employait pas de mineures.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Choisi [sic] la fugueuse de ton choix » C'est avec ce slogan, accompagné d'une liste de 20 prénoms de danseuses nues, que le bar O'Gascon, de Terrebonne, a fait la promotion de ses services cette semaine.

Le bar O'Gascon, de Terrebonne, a fait la... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE O’GASCON GENTLEMEN CLUB SUR SNAPCHAT) - image 1.0

Agrandir

Le bar O'Gascon, de Terrebonne, a fait la promotion de ses services cette semaine sur l'application Snapchat avec cette publication.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE O’GASCON GENTLEMEN CLUB SUR SNAPCHAT

Diffusée sur l'application Snapchat, très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes, l'image publicitaire fait allusion au phénomène des fugueuses, ces mineures qui fuient la maison familiale et dont au moins le tiers sont victimes d'exploitation sexuelle une fois dans la rue, selon les experts.

Jennie-Laure Sully, de la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES), est abasourdie par la récupération de la tragédie de la fugue pour faire la promotion d'une entreprise.

« Franchement ! Quel mauvais goût ! Ça montre à quel point des gens qui sont dans l'industrie du sexe n'ont pas de conscience sociale. Le mot fugueuse, ça implique une mineure. Le comportement que cette image décrit est un comportement illégal. »

Pour Maria Mourani, criminologue et sociologue spécialisée dans les gangs de rue, l'image publicitaire est « tout simplement dégueulasse ».

« L'image de la fugueuse, c'est quoi ? C'est une ado de 14, 15, 16 ans qui se retrouve dans un réseau de prostitution, dit-elle. Ils capitalisent là-dessus pour essayer d'attirer des gars qui aiment les petites filles. Ils le savent que cette clientèle recherche des filles de plus en plus jeunes. On l'entend de la bouche des filles : les préférences sexuelles des clients, c'est des ados », dit-elle, rappelant que la publicité pour vendre des services sexuels est un crime au Canada.

« C'ÉTAIT POUR FAIRE UNE BLAGUE »

Contacté par La Presse, Kevin Bertrand, fils du propriétaire du bar O'Gascon, Claude Bertrand, a expliqué avoir lui-même diffusé l'image sur Snapchat. Il a dit que son établissement n'employait pas de mineures.

« C'est peut-être de l'humour mal placé, là, mais je n'ai pas de mineures au bar. C'est qu'on est dans l'actualité avec l'émission... C'était plus pour faire un genre de blague... »

- Kevin Bertrand, fils du propriétaire du bar O'Gascon

« Les gens en font un cas, mais ça existe depuis toujours aussi, c'est comme ça dans le monde. Je ne dis pas que j'encourage ça, ce n'est pas ça que je veux dire, mais c'était pour faire une blague. »

M. Bertrand ajoute que le bar O'Gascon « existe depuis 25 ans » et est bien connu dans la banlieue nord.

Avec la popularité de l'émission Fugueuse, à TVA, la question des fugueuses est tellement présente dans l'actualité que des danseuses s'inspirent du phénomène dans leurs interactions avec les clients, dit M. Bertrand.

« Une danseuse va dire à un client : "Tu vas m'aider à aller [tourner un clip] à Miami..." On ne l'encourage pas non plus, mais les danseuses elles-mêmes l'utilisent à la blague. C'est peut-être pour ça que je n'ai pas assez dramatisé [la question des fugueuses sur Snapchat]. »

« DÉPLORABLE »

Pour Pina Arcamone, directrice du Réseau Enfants-Retour, il est « déplorable » qu'une entreprise puisse faire une telle association.

« Je me mets dans la peau de parents dont la fille a fugué et est devenue victime d'exploitation sexuelle, l'horreur que ça doit être pour eux de voir ce genre de publicité. »

Mme Arcamone se demande comment on peut diffuser une telle publicité alors que la planète vit depuis des mois au rythme des dénonciations d'inconduites sexuelles et du mouvement #metoo sur les réseaux sociaux et dans les médias.

« Compte tenu du contexte actuel, alors qu'il y a beaucoup de dénonciations et qu'on tente de sensibiliser le public au phénomène de l'exploitation sexuelle, c'est de très, très, très mauvais goût. C'est plus que déplacé. »

- Pina Arcamone, directrice du Réseau Enfants-Retour

Sur le site d'annonces Danseusesnues.com, O'Gascon se décrit comme un établissement où il fait bon travailler.

« Le bar de danseuses O'Gascon est un endroit très prisé dans la région de Lanaudière pour son ambiance et la beauté de ses danseuses, y lit-on. C'est connu de la clientèle et c'est une des raisons primordiales pourquoi elle s'y rend. »

Sur le site de Snapchat, on dit interdire la nudité ou le contenu sexuellement suggestif impliquant des mineurs. « Ne publiez, n'enregistrez ou n'envoyez jamais de contenu sexuel ou qui comprend de la nudité impliquant des personnes de moins de 18 ans - même s'il s'agit de vous-même. Cela inclut l'ajout de dessins ou de légendes à un Snap pour lui donner un caractère sexuel, même pour plaisanter », peut-on lire.

On signale qu'un usager qui contreviendrait aux règlements pourrait voir son compte suspendu. L'entreprise n'avait pas répondu à notre demande d'informations, hier, à l'heure de tombée.

En 2013, le Tribunal des droits de la personne avait condamné le bar O'Gascon à verser 12 000 $ à quatre hommes d'origine haïtienne qui s'étaient vu interdire l'entrée dans l'établissement un soir de 2006. Les quatre hommes, dont deux étaient des policiers qui n'étaient pas en service, affirmaient avoir fait l'objet de discrimination raciale, argument qu'a retenu le Tribunal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer